BFM Auto

Pourquoi les vols électroniques de scooter Yamaha TMax se multiplient

Image d'illustration - Scooter le plus vendu en Ile-de-France, le TMax de Yamaha est aussi le plus volé, notamment de vols électroniques, rapporte une enquête du Parisien.

Image d'illustration - Scooter le plus vendu en Ile-de-France, le TMax de Yamaha est aussi le plus volé, notamment de vols électroniques, rapporte une enquête du Parisien. - YOSHIKAZU TSUNO / AFP

Ce scooter est un succès commercial du japonais Yamaha. C’est aussi l’un des modèles les plus prisés des voleurs selon Le Parisien, avec une trentaine de tentatives de vols chaque jour.

C’est l’un des scooters que vous croisez le plus sur les routes d’Ile-de-France. Chouchou des habitants de la région parisienne et des Français (environ 5000 ventes annuelles selon le site moto-net.com), le Yamaha TMax est aussi le scooter le plus volé, révèle Le Parisien. Avec un mode opératoire qui rappelle celui des voleurs de voitures de luxe: le vol électronique.

Un boîtier électronique pour faire démarrer le scooter

Selon les policiers interrogés par le quotidien, une véritable filière organisée s’est montée ces derniers mois pour dérober ce modèle dont le prix démarre à environ 12.000 euros. Lors de leur enquête, les policiers se sont rendus compte que les scooters volés démarraient comme si les voleurs avaient utilisé la clé de contact. Comme pour les voitures, un boîtier électronique permet de démarrer le scooter.

"C'est encore plus facile que pour une voiture, car il suffit de déclipser le capot, il n'y a même pas d'effraction", indique un enquêteur au Parisien.

Et la mise de départ s’avère très rentable pour les voleurs: les boîtiers se trouvent sur le réseau social Snapchat entre 400 et 800 euros, selon le type de modèle TMax que peut démarrer le boîtier.

Un nouveau phénomène

Les policiers évoquent un phénomène nouveau pour le vol de deux-roues. Jusqu’à présent, les vols de deux-roues se faisaient plutôt par enlèvement.

"Cette technique a longtemps représenté près de 90 % des vols, explique un porte-parole de la Mutuelle des motards. Les 10 % restants, c'était des victimes braquées sur leur scooter".

Selon les forces de l’ordre, un vol de deux-roues sur quatre à Paris est désormais électronique. Chaque jour, une trentaine de vols et tentatives de vols portent sur des TMax en Ile-de-France.

Un "vrai marché sur le TMax"

Contacté par Le Parisien, le constructeur japonais explique avoir remonté la faille de sécurité à son équipe de R&D au Japon.

"Le TMax haut de gamme embarque désormais un système travaillé avec Vodafone qui permet de tracer et géolocaliser un véhicule où qu'il se trouve. Mais il faut demander au concessionnaire de l'actionner lors de l'achat. Certains ne le font pas. Ça rend le véhicule beaucoup plus vulnérable", explique un porte-parole de Yamaha.

Mais les voleurs semblent pour l’instant capable de brouiller ce type de mouchard. Comme les voitures de luxe, les scooters volés sont en attendant revendus ou désossés pour la revente des pièces détachées en France ou à l’étranger.

"Il y a un vrai marché sur le TMax, c'est le modèle le plus vendu en France depuis 15 ans donc de nombreux utilisateurs ont besoin de pièces pour leurs réparations et elles valent très cher", résume le porte-parole de la Mutuelle des Motards.
Pauline Ducamp
https://twitter.com/PaulineDucamp Pauline Ducamp Cheffe de service BFM Auto