BFM Business

La circulation inter-files pour les motos et les scooters de nouveau interdite à partir de ce lundi

Conduire un deux roues motorisés entre deux files de circulation sur voie rapide est de nouveau interdit à partir de ce 1er février 2021, en Ile-de-France et dans trois autres départements (Bouches-du-Rhône, Gironde et Rhône) où était expérimentée cette pratique.

D'une pratique répandue mais interdite, c'était devenue une tolérance dans plusieurs départements français. La circulation inter-files est de nouveau être proscrite à partir de ce lundi 1er février.

Lancée en 2016, l'expérimentation qui l'autorisait sous certaines conditions dans 11 départements (les 8 départements d'Ile-de-France, les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône) va en effet s'achever en ce début d'année, a annoncé la Sécurité Routière ce mercredi 27 janvier.

Un report d'un an par rapport à la date initialement prévue: l'expérience devait en effet s'achever début 2020. La décision d'arrêter cette expérience peut d'ailleurs surprendre, avec la baisse constante du nombre de morts à moto depuis 2017 (avec une légère hausse en 2020, de 613 à 615 décès).

Mais rapporté à leur poids dans la circulation, la pratique du deux roues reste bien plus dangereuse.

"Les usagers de deux-roues motorisés représentent 23,1 % des décès avec 615 motocyclistes et 134 cyclomotoristes tués en 2019 alors que leur part dans le trafic routier est de 2 %. A kilométrage parcouru identique, le risque de perdre la vie pour un conducteur de 2RM (deux roues motorisés) est 22 fois plus élevé que pour les usagers de véhicules légers", rappelle la Sécurité routière.

Quel bilan pour l'expérimentation?

Et c'est justement des statistiques peu favorables qui auraient justifié cette décision, avec la remise d'un rapport réalisé par le Cerema (Le Centre d'études et d'expertises sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement).

"Ce rapport montre que l'accidentalité des deux-roues motorisés a augmenté de 12% sur les routes où l'expérimentation de la circulation inter-files a eu lieu alors qu'elle a baissé de 10% sur les autres routes des départements concernés. Cette hausse s'est stabilisée néanmoins au fil des années", note le communiqué de la Sécurité routière.

Mais derrière ce constat, la situation paraît plus nuancée: seule la Gironde a vu le nombre d'accidents subir une hausse importante des accidents sur les routes concernées: ils ont triplé en 3 ans, passant de 13 en 2015 à 57 en 2018.

Au total sur les différentes zones concernées par l'expérimentation en France, le Cerema a analysé 4500 procès-verbaux d'accidents impliquant des deux roues motorisés. Son rapport dénombre 1650 accidents légers, 161 accidents graves et 16 accidents mortels pour des conducteurs qui pratiquaient la circulation inter-files. Mais, sur ces 16 accidents mortels, "aucun ne respectait les règles de l’expérimentation CIF (circulation inter-files): vitesse ou positionnement -le plus souvent la vitesse était très supérieure à la limitation à 50km/h".

Il y aurait donc un effort de pédagogie à faire pour sensibiliser les deux roues motorisés aux bonnes règles de la circulation inter-files. Au début de l'expérience, 23% des 2RM respectaient la limitation à 50 km/h dans le cadre de la circulation inter-files, 47%

"Bien que restant minoritaire, le respect combiné des règles de positionnement et de vitesse tend à s’améliorer au cours de l’expérimentation, notamment sur le boulevard périphérique parisien", note le Cerema.

Vers un retour rapide de la tolérance?

La sécurité routière laisse donc la porte ouverte à un retour de l'expérimentation à plus ou moins court-terme.

"Une nouvelle expérimentation, avec des règles adaptées, pourrait être envisagée afin de pérenniser cette pratique en toute sécurité", indique la déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Marie Gautier-Melleray.

Plusieurs pistes sont déjà à l'étude pour "cette seconde expérimentation plus approfondie: l'élargissement des zones géographiques concernées, de nouvelles règles de circulation, une méthodologie de collecte de données automatisée, une communication adaptée et continue pour parfaire la pédagogie de tous les usagers de la route sur le sujet", poursuit le communiqué.

En attendant le retour ce cette tolérance, il faut toutefois abandonner cette habitude qui concernait 3000 km de routes. Pour rappel, la circulation inter-files vous expose à une amende de quatrième classe, soit 135 euros (90 euros minoré) et le retrait de 3 points.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto