BFM Business

Des députés veulent interdire les publicités pour les voitures

Image d'illustration - Des députés ont déposé un amendement pour interdire les publicités pour les voitures qui émettent plus de 60 grammes de CO2.

Image d'illustration - Des députés ont déposé un amendement pour interdire les publicités pour les voitures qui émettent plus de 60 grammes de CO2. - AFP

Dans le cadre de la discussion à l’Assemblée nationale sur la Loi d’orientation des mobilités, des députés ont déposé un amendement pour interdire les publicités pour les voitures qui émettent plus de 60 grammes de CO2.

Interdire la publicité pour les voitures qui émettent plus de 60 grammes de CO2 par kilomètre, c’est un amendement déposé par le député du Maine-et-Loire, ex-LREM Matthieu Orphelin, dans le cadre de la discussion sur la Loi d’orientation des mobilités (Lom), actuellement en discussion à l'Assemblée Nationale.

Si cet amendement est adopté, toute publicité pour des voitures autres qu’électriques ou hybrides rechargeables sera donc interdite aussi bien à la télévision que dans les magazines, précise RTL.

"Faut-il mieux réguler la publicité pour les voitures (3,5 milliards d’euros par an! Rien qu’en France), notamment pour les plus polluantes? Avec Delphine Batho [députée des Deux-Sèvres, écologiste, ndlr], nous lançons le débat", écrit Matthieu Orphelin sur son compte Twitter.

"La loi Évin a eu un impact positif sur la consommation d’alcool et de tabac, faisons pareil pour les voitures", expliquent ces députés.

Dans une étude de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), publiée le 7 juin, les émissions de CO2 sont reparties à la hausse l’an dernier, passant en moyenne de 111 à 112 grammes de CO2 par kilomètre.

"Ce phénomène est en contradiction avec les ambitions affichées par l’Europe d’une moyenne de 95 grammes de CO2 par kilomètre pour 2021", poursuit l’Ademe, qui pointe les SUV comme responsables de cette hausse.

Plus lourds qu’une compacte, ils consomment plus, émettent donc plus de CO2. Or, ils représentaient l’an dernier 36,26% des ventes en 2018.

Reste à savoir si les députés voteront l’amendement interdisant la publicité. Selon le dernier Baromètre Unifié du Marché Publicitaire, l'automobile était le second secteur annonceur en France, derrière la distribution. 10% des dépenses publicitaires venaient en 2018 du secteur automobile, avec en tête des annonceurs Renault (422,7 millions d'euros dépensés), Peugeot (400,5 millions d'euros) et Citroën (328,7 millions d'euros). L’amendement pour interdire en 2030 les ventes de véhicules neufs essence et diesel a été rejeté le 8 juin.

Pauline Ducamp