BFM Business

Coronavirus: pourquoi les ventes de voitures repartent si fortement en Chine

En février, Volkswagen voyait ses livraisons chuter de 74%. Désormais, les usines ont redémarré pour assurer les commandes des Chinois qui veulent éviter de prendre les transports en commun

En février, Volkswagen voyait ses livraisons chuter de 74%. Désormais, les usines ont redémarré pour assurer les commandes des Chinois qui veulent éviter de prendre les transports en commun - Nicolas Asfouri - AFP

En février, Volkswagen voyait ses livraisons chuter de 74% en Chine. Désormais, les usines ont redémarré pour assurer les nombreuses commandes des Chinois qui, selon le patron de la filiale chinoise de Volkswagen, achètent des voitures pour éviter de prendre les transports publics en sortie de confinement.

Après un arrêt brutal de la production et des ventes avec le confinement, Volkswagen voit déjà les commandes repartir fortement. Dans un entretien à Business Insider, Stephan Wöllenstein, patron de la filiale chinoise du constructeur allemand, ce redémarrage de printemps a deux explications.

La première est liée au confinement. "Il y a eu une demande refoulée parce que les gens n'ont pas pu acheter une voiture pendant quatre à six semaines", explique Stephan Wöllenstein.

La seconde est la crainte d'une seconde vague de contamination. Selon le dirigeant, le coronavirus a créé "besoin accru de mobilité individuelle. Les gens évitent d'utiliser les transports publics". Une mauvaise nouvelle pour l'environnement si les clients achètent principalement des voitures thermiques, ce qui semble probable.

Il précise même que la part de marché de son groupe "s'est même améliorée en raison de la crise du covid-19". Pour faire face aux commandes, Volkswagen fait déjà tourner ses équipes en 3x8.

Deux milliards d'euros perdus par semaine

Pour Volkswagen, ce retour rapide est inespéré. Le marché chinois est le plus important du monde pour le groupe allemand qui y dispose de 33 usines faisant travailler environ 100.000 salariés. Désormais, la totalité des sites de production a redémarré.

En février, la fermeture des usines chinoises a fait chuter les livraisons de 78,4%. Cette forte baisse du marché chinois a entraîné un recul de près de 25% des ventes globales de l'entreprise, passant de 724.400 unités en février 2019 à 546.300 en février 2020.

Cette reprise suffira-t-elle à redresser les ventes? Pas sûr. Fin mars, le patron de Volkswagen, Herbert Diess, dévoilait que la crise du coronavirus fait perdre au groupe deux milliards d'euros chaque semaine malgré le redémarrage du marché chinois. 

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco