BFM Auto

Coronavirus: Michelin va rouvrir ses usines pour produire des masques

-

- - AFP

Dix usines Michelin en Europe, la moitié en France, doivent redémarrer au mois d'avril pour se lancer dans la production en masse de masques chirurgicaux jetables et réutilisables. Le groupe français s'est également lancé dans la fabrication de visières stérilisables pour les hôpitaux et de valves pour respirateurs.

En pleine crise sanitaire, Michelin mobilise à son tour son outil industriel pour faire face à l'épidémie de coronavirus. Après PSA et Renault qui participent désormais à la fabrication de respirateurs artificiels, le géant français du pneu se mobilise sur le front des masques, à la fois pour augmenter ses dons aux personnels de santé dans les pays où il est implanté mais aussi pour ses salariés.

Conception dans l'urgence et mobilisation industrielle

"Pour faire face à cette urgence, Michelin a mobilisé la formidable capacité d’innovation de ses équipes et ses expertises recherche, matériaux, manufacturing, veille scientifique, etc. pour développer, fabriquer et mettre à disposition, dans des délais extrêmement courts, différentes solutions de masques, en grande quantité", explique le communiqué de Michelin. 

Dix usines en Europe, dont cinq en France, vont donc se lancer dans la production de masques chirurgicaux, avec des volumes attendus conséquents.

"Après une phase d’initialisation, Michelin va produire à terme, chaque semaine, dans ses ateliers ou en coordination avec des partenaires ou des sous-traitants, près de 400.000 masques chirurgicaux de catégorie 1. En Europe, dix sites ont déjà été retenus."

Au total, cinq usines sont concernées en France: Bourges (Cher), Golbey (Vosges), Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), Ladoux et La Combaude (Puy-de-Dôme).

Des millions de masques réutilisables "low-cost"

Michelin est également engagé dans un programme visant à produire à grande échelle un masque "réutilisable jusqu’à 100 fois, grâce à ses cinq filtres lavables et interchangeables".

Ce masque n'est pas du type FFP2 il serait néanmoins "très filtrant" selon ses concepteurs et des certifications sont en cours. Avantage non-négligeable, son coût.

Selon l'AFP, "il aura un prix grand public de 28 euros et sera livré avec cinq filtres lavables ce qui permettra 100 utilisations soit un coût de 28 centimes par utilisation (contre environ 3 euros le masque FFP2). Ensuite, il sera possible d'acheter simplement des filtres, sans avoir à jeter le masque."

Michelin évoque "une présérie de 5000 unités en cours de fabrication, avec un objectif de produire un million de masques par semaine courant mai et plus de cinq millions d’ici fin juin, soit l’équivalent de 500 millions de masques jetables actuels".

Visières et valves pour respirateurs

Au programme également: "des visières en polycarbonate stérilisables pour une utilisation en milieu hospitalier". 10.000 unités vont être produites, avec un démarrage la semaine prochaine.

Comme le rappelle L'Usine Nouvelle, Michelin "va également utiliser sa compétence en impression 3D pour fabriquer des valves pour respirateurs, via un consortium avec Air Liquide". La production a démarré avec 7500 pièces par semaine.

Julien Bonnet