BFM Auto

Cette technologie pas si complexe pour lutter contre les bouchons

Les bouchons seraient dus principalement à la différence de distances avec le véhicule roulant devant ET derrière vous.

Les bouchons seraient dus principalement à la différence de distances avec le véhicule roulant devant ET derrière vous. - AFP

La formation des embouteillages s'expliquerait principalement par le non-respect des distances entre les véhicules qui roulent devant mais aussi derrière vous, révèle une étude. L'utilisation d'un régulateur de vitesse adaptant la distance avec la voiture que vous précédez pourrait être une solution...

Face au fléau des embouteillages, la recherche avance. Le phénomène malheureusement bien connu d'une bonne partie automobilistes, et qui fait perdre en moyenne 23 heures par an aux Français, reste bien mystérieux. Il n'est pas rare en effet d'être bloqué, puis que le trafic reparte sans vraiment d'explications évidentes, comme une voiture accidentée et bloquant une voie de circulation. Mais d'où viennent donc ces bouchons fantômes?

Une circulation deux fois plus rapide

Ce serait en réalité la différence de distances entre les voitures qui occasionnerait une grande partie des ralentissements, indique Wired, citant une étude mathématique de l'IEEE Transactions on Intelligent Transportation Systems. Cela peut sembler contre-intuitif, souligne le magazine américain, tant il est parfois difficile de conserver un écart suffisant avec le véhicule qui vous précède. Surtout dans une circulation chargée où le moindre espace donne l'occasion à une voiture circulant dans une autre file de s'y engouffrer.

La science est toutefois formelle: en respectant une distance égale entre le véhicule roulant devant et derrière vous, la circulation pourrait s'écouler deux fois plus rapidement. Un chercheur du MIT cité par Wired fait ainsi la comparaison avec les chauves-souris, capables de sortir par milliers d'une grotte étroite sans entrer en collision grâce à une excellente vision du "trafic".

La solution des voitures semi-autonomes

Et comme les chauves-souris, les voitures modernes peuvent elles aussi être équipées de sonar. Si un automobiliste peut en effet ajuster la distance avec le véhicule roulant devant lui, c'est en effet plus compliqué de pouvoir laisser le même espace avec le véhicule de derrière sans assistance technologique. 

Or, comme la plupart des véhicules récents sont proposés avec un régulateur de vitesse adaptatif (qui ajuste la vitesse en fonction de celle du véhicule qui vous précède), l'idée serait ainsi d'utiliser le capteur arrière pour que la voiture se place idéalement dans la circulation.

Seul problème, pour avoir un effet sur la circulation, il faut qu'une proportion importante des automobilistes se mettent à respecter ce contrôle bilatéral des distances. Et, pis encore, les pionniers de cette technologie pourraient être désavantagés dans un premier temps. En laissant un espace trop important autour d'eux, ces early adopters seraient en quelques sortes "les bonnes poires" du trafic, en laissant avec l'espace laissé une occasion pour les automobilistes sans régulateur adaptatif de nouvelle génération (ni volonté de mettre fin aux bouchons) de slalomer entre les files.

Si la technologie n'est pas très complexe à mettre en place (la plupart des voitures récentes avec un régulateur adaptatif disposent a priori d'un radar de recul), il serait donc difficile de convaincre les automobilistes de l'adopter et de l'utiliser au quotidien. Alors pourquoi pas la rendre obligatoire estime le chercheur du MIT. "Cela peut sembler assez radical mais les gains attendus sont conséquents", explique-t-il. Avec un débit de circulation deux fois plus rapide, on peut en effet s'attendre à une une forte diminution des émissions de CO2 et de polluants. 

Julien Bonnet