BFM Business

Cette bande organisée volait les banquettes arrière des Clio

Un réseau de voleurs de banquettes arrière de Renault Clio a été démantelé en région parisienne. Un type de vol de pièces détachées qui n’est pas inédit.

Un réseau de voleurs spécialisés dans les banquettes arrière de Renault Clio IV a été démantelé cette semaine dans l’Oise. Les neuf hommes dévalisaient les petites compactes de région parisienne de manière très organisée, comme le rapporte Le Parisien.

Cinq à six banquettes de Clio par nuit

Certains avaient pour tâche de récupérer les banquettes dans les Clio, mais aussi d’autres éléments voire même des voitures entières. D’autres écrivaient les annonces sur Le Bon Coin afin de les revendre, 300 euros pièce en moyenne.

"Certaines nuits, ils revenaient avec cinq à six banquettes de Renault Clio 4, notamment quand ils allaient dans l'Oise", indique une source proche de l'enquête au Parisien. Les voleurs revendaient également d’autres pièces. Lors d’un contrôle routier, c’est d’ailleurs un autoradio avec un GPS intégré qui a permis à la police de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) de remonter la filière. L’enquête avait duré cinq mois.

L’activité de ce gang n’est malheureusement pas isolée. Régulièrement, des alertes sont publiés sur les réseaux sociaux pour mettre en garde les propriétaires de certains modèles, comme celui-ci, publié en mai dernier dans l’Oise par la gendarmerie.

Un arrière de Clio sans banquette.
Un arrière de Clio sans banquette. © BFMTV

La conversion des voitures de société

Une Clio IV vandalisée, c’est ce qui est arrivé à Pascal Samama journaliste à BFMTV et habitant du Val-de-Marne: "Ma femme est entrée dans sa voiture le matin, a posé son sac à l’arrière et s’est alors rendu compte qu’il n’y avait plus de siège, explique-t-il. Les voleurs n’ont rien cassé, cela a été démonté proprement, rien n’a été arraché, les ceintures de sécurité ont été démontées. On dirait des spécialistes de Renault, nous a expliqué le garagiste qui a réparé notre véhicule".

Il a dû attendre deux mois avant de retrouver une banquette arrière, face à la forte demande pour cet équipement. L’un des débouchés de ce type de vol repose sur les véhicules de société. Vendus sans banquette arrière, ces véhicules valent plus cher lorsqu’ils sont revendus avec 5 places au lieu de deux.

"Ils volent parce qu’ils achètent des véhicules en deux places, ils remettent les sièges dedans et les revendent en cinq places, confie à BFMTV Simon, garagiste en région parisienne. Une fois en cinq places, la voiture achetée 2000 euros est revendue 5 à 6000 euros".

Pour les policiers de La Courneuve, le réseau démantelé cette semaine faisait lui plus dans le supermarché de la pièce détachée et de l’équipement automobile. "Les équipes structurées sont relativement nombreuses, explique à BFMTV Jean-François Galland, chef de la sûreté territoriale des Hauts-de-Seine. On retrouve deux types d’activité sur ces réseaux structurés : le vol de véhicules avec leur exportation et le vol d’accessoires".

Attention à la traçabilité des pièces

Comment s’assurer de ne pas acheter une pièce détachée volée? En l'achetant sur le site d'un professionnel de la revente de pièce détachée d'occasion. 

"Beaucoup de professionnels sont aussi présents sur Le Bon Coin. Il est de leur responsabilité de tracer la provenance des pièces, nous explique Pascal Brethomé, vice-président au CNPA. Si l’on achète à un particulier, n’hésitez pas à demander la carte grise du véhicule qui a servi à fournir les pièces. Vous pouvez aussi demander une attestation signée par le vendeur".

Pascal Brethomé recommande surtout la prudence: "Si la personne à laquelle vous souhaitez acheter une banquette de Clio par exemple en vend plusieurs, c’est louche".

Pauline Ducamp