BFM Auto

Aux portes de Paris, Vincennes et Charenton passent au stationnement payant pour les deux roues

Les motos et scooters vont aussi devoir payer le stationnement à Vincennes et Charenton.

Les motos et scooters vont aussi devoir payer le stationnement à Vincennes et Charenton. - Indigo

Les deux villes du Val-de-Marne vont mettre en place le stationnement payant pour les deux roues motorisés à partir du mois d'avril, une première en France.

Les scooters et motos vont devoir s'habituer à payer leur stationnement. A partir du 1er avril, les deux-roues motorisés devront s'acquitter du ticket de stationnement jusque-là réservé aux voitures à Vincennes et Charenton. Avec cette mesure, les deux villes du Val-de-Marne, situées en bordure de Paris espèrent lutter contre le phénomène des véhicules "ventouses" et du stationnement anarchique sur les trottoirs.

"C'est une manière de réguler le dispositif de stationnement comme nous l'avons instauré pour les véhicules classiques il y a quelques années. Ca participe aussi d'un acte citoyen, c'est-à-dire qu'on ne stationne pas son véhicule deux-roues au pied d'un immeuble, au détour d'un trottoir", explique ce mercredi sur RTL Hervé Gicquel, le maire LR de Charenton.

Les élus cherchent aussi à instaurer une forme d'équité entre les voitures et les deux-roues motorisés: désormais, tout le monde devra payer son stationnement. A Charenton, la mairie s'est engagée à installer davantage de places de stationnement réservées aux deux-roues.

FPS pour tout le monde

Le ticket s'élèvera quant à lui entre 0,40 et 0,66 euro pour une heure de stationnement selon la zone. Des forfaits sont aussi mis en place, 7 euros par mois pour les résidents (75 euros à l'année) et 17 euros par mois pour les non résidents. A Vincennes, les deux-roues payeront le tiers du tarif appliqué aux voitures, soit 1,50 euro pour deux heures ou 0,70 euro par jour et 2,70 euros par semaine pour les résidents. 

Conséquence directe de cette mesure, les motos et scooters seront à leur tour sanctionnés d'un "forfait post-stationnement" (FPS) comme les voitures, s'ils ne s'acquittent pas de leur ticket. A Charenton, le FPS deux-roues a été fixé à 6 euros s'il est est payé tout de suite, contre 17 euros pour les automobilistes. 

Ces nouvelles règles de stationnement rencontrent l'opposition des associations de deux-roues. Dans Le Parisien, la Fédération française des motards en colère (FFMC) suggère des alternatives comme d'autoriser les deux roues à se garer le long des trottoirs "là où les voitures ne peuvent stationner" ou encore aux sorties de parkings et de carrefours. 

Le stationnement payant fera-t-il des émules? 

A Paris, le groupe écologiste s'est déjà prononcé en faveur d'un forfait de stationnement sous forme de vignette pour les deux-roues. Du côté de l'exécutif, l'idée "n'est pas à l'ordre du jour", la maire de Paris s'est d'ailleurs prononcée contre ce dispositif. La municipalité préfère insister sur la nécessité de lutter contre le stationnement gênant sur les trottoirs, verbalisé à hauteur de 35 euros. 

Lors du dernier Conseil de Paris début février, le groupe des Progressistes et Indépendants s'est ému de la "galère que subissent les utilisateurs de deux roues" confrontés à ces amendes. "Payer une amende de stationnement, c'est légitime, si et seulement si ledit stationnement n'est pas impossible", a souligné Pascale Bladier-Chassaigne, élue du 15e. L'adjoint aux Transports Christophe Najdovski a souligné la création de 2.500 nouvelles places à l'automne et s'est engagé à poursuivre en ce sens. 

Carole Blanchard