BFM Auto

A4, XC90, Série 7, pourquoi elles n’ont pas gagné le prix de Voiture de l’Année 2016

L'Opel Astra a été élue Voiture de l'Année 2016 devant le Volvo XC90, le Mazda MX-5, la BMW Série 7 ou encore l'Audi A4.

L'Opel Astra a été élue Voiture de l'Année 2016 devant le Volvo XC90, le Mazda MX-5, la BMW Série 7 ou encore l'Audi A4. - Opel

Elles étaient sept en finale, mais c’est finalement l’Opel Astra qui a été sacrée Voiture de l’Année 2016. Trop chères, trop clivantes, pourquoi les autres prétendantes ont perdu face à la compacte allemande.

Qu’est-ce qu’une Opel Astra a de plus qu’un Volvo XC90, une BMW Série 7 ou encore un Mazda MX-5? Elle est désormais Voiture de l’année 2016, élue le 29 février, à la veille de l’ouverture du salon automobile de Genève, par un jury de 58 journalistes européens. La compacte allemande s’est imposée en finale face à six autres véhicules: Audi A4, BMW Série 7, Jaguar XE, Mazda MX-5, Skoda Superb et Volvo XC90.

Pourtant, le grand SUV suédois, la berline allemande ou encore le cabriolet japonais avaient de beaux arguments à faire valoir, faisait plus rêver. Que leur manquaient-ils pour remporter l’élection?

Trop premium

Il leur manquait tout d’abord un vrai rapport qualité-prix. L’élection de la Voiture de l’Année récompense un véhicule que le conducteur européen moyen doit pouvoir s’offrir. "L’Opel Astra affiche un bon compromis entre l’optimisation du poids, de l’ergonomie, sans pour autant avoir perdu d’espace intérieur, analyse Josselin Chabert, analyste pour PwC Autofacts. C'est l'occasion de saluer la mise en place de la nouvelle plateforme qui laisse présager d’autres bons modèles. Il y avait aussi peut-être dans ce choix la volonté ne pas récompenser un modèle premium".

Quatre des sept finalistes affichent en effet des tarifs conséquents. Les tarifs des Audi A4 et Jaguar XE débutent au-dessus des 30.000 euros, le XC90 n’offre rien de correct à moins de 60.000 euros et le chèque pour la Série 7 dépasse allègrement les 100.000 euros, pour avoir accès aux dernières technologies. "Ces modèles n’ont pas vraiment besoin de se voir décerner un prix pour être un succès commercial", ajoute François Jaumain, associé en charge de l’automobile chez PwC.

Pas assez sentimentaux

Volvo, BMW, Audi, personne ne viendrait en effet les plaindre. Opel, si, et ça a pu aider l’Allemand. "Au-delà des qualités de la voiture, on peut établir un parallèle avec la Peugeot 308, élue en 2014, poursuit Josselin Chabert. Opel est un constructeur qui a beaucoup souffert pendant la crise. Lui donner ce prix, c’est souligner sa volonté de redressement. Comme ce fut le cas en 2014 avec la 308".

Depuis le début des années 2000, mais surtout depuis la crise de 2008, Opel est en déshérence dans le giron de son propriétaire, le groupe américain General Motors. L’Adam, la nouvelle Astra, le Mokka, signent sa renaissance, avec une très belle gamme moteur et une offre de connectivité intelligente, OnStar. Le tout est accessible à prix abordables, contrairement aux offres de BMW ou Volvo.

Trop clivants ou polémiques

Bien que réussis, d’autres prétendant avaient un profil trop clivant. C’est le cas du Mazda MX-5, plébiscité à l'automne par toute la presse européenne. Justement. "Le prix de Voiture de l’année est l’un des premiers prix créés et c’est un prix européen, cela permet donc de donner de la visibilité au modèle sur le terrain européen et non pas seulement national", poursuit François Jaumain. Récompenser un cabriolet sport, deux places, aussi mignon soit-il, était trop clivant, trop éloigné des préoccupations de consommation du client moyen.

Quant aux berlines Audi A4 et Skoda Superb, elles font toutes les deux parties de l’empire Volkswagen. Pas sûr que le jury de journalistes européens ait souhaité les mettre à l’honneur. Pas sûr non plus que Volkswagen, dont la communication se fait très discrète ces derniers temps, ait eu envie de revenir sous les feux des projecteurs pour des modèles autres qu’hybrides et électriques. Le jury a donc bien fait de récompenser Volkswagen l’année dernière avec la Passat.

P. Ducamp