BFM Auto

A part conduire, ce que le Code de la route vous permet de faire au volant

Manger au volant n'est pas interdit. Le conducteur doit simplement rester maître de son véhicule.

Manger au volant n'est pas interdit. Le conducteur doit simplement rester maître de son véhicule. - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

En tant que conducteur, vous pouvez manger un sandwich en fouillant dans la boîte à gants avec la musique à fond. Mais de préférence pas les trois en même temps vu que vous êtes censé rester maître de votre véhicule à tout moment.

Depuis le 1er juillet, les conducteurs risqueraient une amende de 75 euros, s'ils sont surpris en train de manger au volant ou d'écouter de la musique à un volume déraisonnable dans l'habitacle. D'échanges de posts sur les réseaux sociaux à différents reportages sur de grands médias, les interdictions ont fait bondir les automobilistes... et la Sécurité routière. Aucune des mesures citées n'est en réalité nouvelle, et certaines dispositions soi-disant entrées en vigueur n'existent en fait pas du tout. 

Des interdictions fantaisistes...

Dans le détail, ont par exemple été évoquées: les interdictions de manger, fouiller dans la boîte à gants ou de se maquiller, qui seraient devenues ce samedi de nouvelles infractions, passibles toutes les trois de 75 euros d'amende et d'un retrait de 3 points. Autre fausse information: écouter de la musique avec un volume sonore trop élevé vous exposerait désormais à une amende de 75 euros.

Mais en réalité, toutes les mesures évoquées plus haut sont purement fantaisistes, comme l'a précisé la Sécurité Routière dans une série de messages postées dans la soirée du 1er juillet, et retweetées par le compte officiel du Ministère de l'Intérieur

"Aucun article du Code de la route ne mentionne spécifiquement l'interdiction d'écouter de la musique, de manger un sandwich ou de chercher quelque chose dans la boîte à gants du véhicule", indique la délégation à la Sécurité Routière dans son communiqué diffusé dimanche

Et d'autres qui ne datent pas d'hier

D'autres mesures, elles aussi relayées abondamment dans les mêmes publications, existent bien, mais ne s'appliquent pas depuis ce samedi 1er juillet.

C'est notamment le cas de la sanction concernant l'utilisation d'un téléphone au volant (3 points et 135 euros d'amende), durcissement qui avait été opéré... en janvier 2012. La baisse du taux d'alcoolémie pour les conducteurs novices à 0,2 g/L "est entrée en vigueur il y a deux ans, le 1er juillet 2015" et "l'interdiction d'un écran dans le champ de vision d'un conducteur est inscrite dans le Code de la route depuis 2008", rappelle la Sécurité Routière.

La seule mesure réellement nouvelle depuis ce 1er juillet était l'uniformisation des plaques d'immatriculations pour les deux et trois roues motorisés et les quads.

Une fausse information massivement partagée

Mais comment ces fausses informations ont-t-elles pu être autant relayées? Tout serait parti d'un communiqué envoyé vendredi dernier par une agence de communication. Le message mettait en avant ces prétendues nouvelles mesures pour présenter les résultats d'une étude sur les comportements au volant réalisée par un assureur. "Nous nous sommes appuyés sur un article publié par l’un des médias de référence dans le secteur de l’automobile, mais sans penser qu'il pouvait contenir de fausses informations", nous a expliqué ce lundi la personne à l'origine de l'envoi du communiqué.

Une seule règle: rester maître de son véhicule

Confrontés à ces mêmes rumeurs de nouvelle réglementation, nous avions récemment échangé avec le ministère de l'Intérieur sur le Code de la Route en vigueur, ainsi qu'à de possibles évolutions à venir. Il nous a simplement été rappelé les termes du 2e alinéa de l'article R412-6 du Code de la Route, qui encadre le comportement général des conducteurs:

"Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l'apposition d'objets non transparents sur les vitres".

Et il est vrai qu'en mangeant, se maquillant ou en fouillant dans la boîte à gants, un agent de police pourrait en effet invoquer cet article pour vous verbaliser, mais en cas de "comportement inapproprié et dangereux", précise le ministère. Dans ce cas de figure, le contrevenant s'expose à une amende de deuxième classe, soit 35 euros d'amende.

Une rumeur déjà vue en 2015

C'est finalement le flou entourant cet article R412-6 qui fait que cette fausse information sur les nouvelles interdictions revient assez régulièrement. En 2015, par exemple, cet article du Mirror prévenait les Britanniques qu'il était désormais interdit en France de manger au volant. Le maquillage et le fait d'écouter de la musique trop forte étaient également déjà évoqués.

Julien Bonnet