BFM Business

60% des urbains se sentent dépendants de leur voiture

BFM Auto

Selon une étude pour le loueur de voitures Sixt, 52% des personnes interrogées considèrent qu’une réduction de la place de la voiture dans les villes est souhaitable.

Sa place en ville est de plus en plus remise en cause, et pour 52% des Français urbains, c’est une bonne chose. Voilà ce qui ressort d’une enquête Ifop pour le loueur de voiture Sixt*, présenté aux députés à l’Assemblée Nationale ce jeudi, quelques semaines avant la discussion de la loi d’orientation sur les mobilités. Or, ces Français favorables à une réduction d’une place de la voiture en ville possèdent eux-mêmes un véhicule (67%), et en sont un utilisateur occasionnel.

Dans la même étude cependant, 60% des personnes se sentent "dépendants" de l’usage de la voiture individuelle. "La voiture est perçue comme un irremplaçable outil de mobilité, vecteur de gain de temps et de liberté, explique au Monde Jean-Philippe Doyen, président de Sixt France. Mais aussi par défaut, 42 % des automobilistes disant l’utiliser par manque de transports alternatifs. Et 95 % d’entre eux avouent rencontrer des freins à l’utilisation d’un véhicule automobile, parmi lesquels figurent d’abord le coût, les problèmes de congestion du trafic et les difficultés de stationnement".

29% des répondants sont ainsi prêts à renoncer un peu plus à la voiture, si l’offre en transports en commun s’améliorait, en fréquence comme en desserte, avec des coûts plus réduits. 32% se disent même prêts à ne plus posséder de voiture individuelle à l’avenir.

*Etude réalisée en janvier 2019 sur 1502 personnes, habitant dans une commune de 20.000 habitants et plus. 1200 répondants possèdent au moins un véhicule.

Pauline Ducamp