BFM Auto

43% des Français ont une image très négative des garagistes

Selon une étude commandée par Speedy, les Français ont une image très négative des garagistes, notamment en raison des tarifs lors des réparations. (Image d'illustration).

Selon une étude commandée par Speedy, les Français ont une image très négative des garagistes, notamment en raison des tarifs lors des réparations. (Image d'illustration). - PixaBay

"Magouilleurs", "voleurs", peu transparents sur les prix, une étude CSA pour le spécialiste de l’entretien automobile Speedy montre que les Français ont une image très négative de la profession. Mais ils font en général confiance à leur propre garagiste.

Les garagistes n’ont pas bonne presse auprès des Français. C’est ce qui ressort d’une étude CSA pour le spécialiste de l’entretien automobile Speedy. 43% des personnes interrogées* ont en effet une image très dure des garagistes, avec des termes très péjoratifs: "voleurs", "escrocs", recense l'étude commandée par Speedy.

Une question d'argent

La profession ne laisse personne indifférent. "Cela fait 40 ans que je fais ce métier. Dans une conversation, dès que je donne ma profession, mon interlocuteur embraye tout de suite ‘Ah mais moi, avec mon garagiste, etc’, avec des anecdotes", raconte Philippe Debouzy, à la tête du garage familial et président de la branche des agents et des indépendants au Conseil National des Professionnels de l’Automobile (le CNPA représente 16.000 entreprises du secteur automobile).

La question qui fâche le plus les Français avec les garagistes: les prix. La moitié des sondés considère ne jamais savoir combien ils vont payer quand ils passent chez le garagiste et 47% estiment que les garagistes ne réalisent pas uniquement les travaux nécessaires, mais rallongent la facture.

Une large différence entre "les garagistes" et son propre garagiste

"Des excès ont pu contribuer par le passé à cette réputation, mais c'est une complainte aussi vieille que le métier lui-même. Les automobilistes se retrouvent aussi face à leur garagiste dans la position du non-sachant par rapport au sachant. Cette critique pourrait se retrouver face à d'autres professions, explique Julien Dubois, directeur marketing de Speedy. Mais ce genre d’excès est le propre de toute réputation: une réputation est faite d’a priori. Dans la réalité, les relations entre les garagistes et leurs clients sont bien meilleures".

Les Français semblent en effet plus satisfaits de leurs propres garagistes: 94% des personnes interrogées s’y trouvent bien accueillis, et 87% ont envie de lui rester fidèle. La profession donne aussi des gages de bonne conduite. Le CNPA a ainsi mis en place une charte éthique, signée par tous les adhérentes au conseil national.

"La profession s’est moralisée et modernisée, avec une relation plus apaisée avec les clients, grâce à des processus plus rigoureux, commente Philippe Debouzy. Comme garagiste, je ne suis pas là pour faire des factures, mais pour avoir une relation de confiance avec mes clients".

*Etude réalisée sur un échantillon de 1000 personnes par l'institut CSA en octobre 2013.

Pauline Ducamp