BFM Business

YouTube pourrait supprimer le bouton "je n'aime pas"

-

- - -

En interne, la plateforme évoque la possibilité de masquer par défaut le nombre de "likes" et de "dislikes". Et de créer un questionnaire pour que les internautes justifient leur avis négatif.

YouTube entend lutter contre les hordes d'internautes qui ciblent certains contenus pour leur infliger des "pouces en bas" et commentaires critiques. Dans une vidéo publiée la semaine dernière sur la chaîne Creator Insider, dédiée à la communication avec les créateurs, Tom Leung, en charge du management de projets chez YouTube, détaille les évolutions possibles de la filiale de Google.

Le phénomène des campagnes de "dislikes" ("je n’aime pas") préoccupe la plateforme. Pour les créateurs influents, ces critiques sont noyées parmi les avis positifs. Mais ces comportements peuvent nuire à la notoriété des petits vidéastes. La youtubeuse Marion Seclin a par exemple été victime de cyber-harcèlement après une séquence sur la drague de rue. En 2016, la plupart des vidéos où elle apparaît sont alors la cible de campagnes de "dislikes", parfois plus nombreux que les avis positifs. Sur le forum 12-25 du site Jeuxvideo.com, des dizaines de commentaires d’internautes se félicitant du nombre de "je n’aime pas" sur ses vidéos sont d’ailleurs toujours en ligne.

Masquer ou supprimer le dislike

"La première option serait de masquer le nombre de dislikes et de likes. Les créateurs pourraient ensuite choisir de les afficher ou non", détaille Tom Leung. Pour rappel, il est déjà possible de cacher ces informations. Mais elles s’affichent par défaut.

YouTube pense aussi à créer une boîte de dialogue qui s’afficherait quand un utilisateur souhaite mettre un avis négatif à une vidéo. 

"Cette solution pourrait permettre au créateur d’avoir plus d’informations. Est-ce que le dislike est lié au contenu présent sur la chaîne ou juste sur celui de la vidéo… Mais ça serait difficile à mettre en place. Il faudrait trouver un moyen de synthétiser et de transmettre les réponses au créateur", commente Tom Leung. "Certains pourraient aussi être mécontents qu’on leur demande de justifier leur opinion". 

Enfin, YouTube pourrait tout simplement choisir de supprimer la fonction dislike de la plateforme. "C’est une option extrême. Personnellement, je ne la trouve pas très démocratique", avoue-t-il.

Le créateur de la vidéo la plus détestée de la plateforme n'est autre que... YouTube. Le Rewind 2018, une séquence qui revient sur tous les moments forts de l'année, compte 15 millions d'avis négatifs pour seulement 2,5 millions de positifs. Même si le cadre de YouTube n'y fait pas référence, il y a fort à parier que ces discussions sur la fonction dislike soient liées à cet incident. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech