BFM Business

Twitter supprime une vidéo de Donald Trump rendant hommage à George Floyd

Donald Trump

Donald Trump - MANDEL NGAN / AFP

Une publication de l'équipe de Donald Trump a été épinglée par Twitter. Cette fois, ce n'est pas à cause d'une violation du règlement du réseau social mais pour une plainte pour atteinte au droit d'auteur.

Le conflit entre Donald Trump et Twitter ne s’apaise pas. Le réseau social a supprimé la vidéo publiée mercredi par le compte de campagne du président américain en hommage à George Floyd, après une plainte pour atteinte au droit d’auteur.

"Twitter et Jack Dorsey [le patron de Twitter, ndlr] censurent ce message inspirant et fédérateur du président Trump après la tragédie de la mort de George Floyd", a rapidement accusé le compte officiel Team Trump.

Dans cette vidéo lyrique de près de 4 minutes, toujours visible sur la chaîne YouTube de Donald Trump, le Président pose sa voix sur un montage d’images des manifestations qui se tiennent depuis la mort de George Floyd, asphyxié après qu’un policier blanc a maintenu son cou sous son genou pendant plus de 8 minutes. 

"Nous soutenons le droit des manifestants pacifistes et nous entendons leur appel", déclame Donald Trump. "Je me tiens devant vous en tant qu’ami et allié de tous les Américains en quête de justice et de paix."

Twitter sévit contre Donald Trump 

Sur Twitter, le Président américain bénéficie d’une audience de 81,8 millions d’abonnés à qui il s’adresse quotidiennement. Récemment, Twitter a mis le holà et signalé une première fois un message de Donald Trump pour diffusion de fausses informations, avant d’en masquer un autre qui enfreignait les règles en matière d'apologie de la violence. 

Twitter n’est pas allé jusqu’à supprimer le tweet, la plateforme accordant une dérogation aux personnalités dont les publications sont "d’intérêt public". Mais Donald Trump ne décolère pas et a signé un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux face à d’éventuelles poursuites pénales en cas de publications haineuses de leurs utilisateurs. Une protection existante depuis leurs débuts, grâce à leur statut de simple hébergeur.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech