BFM Tech

Tinder, Once, Happn: comment les applis de rencontre s'adaptent aux mesures de confinement

Un immeuble à Paris, le 19 mars

Un immeuble à Paris, le 19 mars - PHILIPPE LOPEZ / AFP

A cause du confinement, les utilisateurs des applications de rencontres ne peuvent plus se donner rendez-vous. Pour éviter de les voir quitter leur service, les plateformes dévoilent des fonctions inédites.

En période de confinement, trouver l'amour peut sembler impossible quand on a recours à des applications de rencontres, au fonctionnement basé sur la géolocalisation de leurs utilisateurs. A moins de tout miser sur ses voisins de quartier. Alors, par crainte de voir les internautes quitter le service, les plateformes proposent de nouvelles fonctions, plus adaptées à la situation.

Un tour du monde 2.0 

Tinder, l’une des applications de rencontres les plus utilisées, a décidé de rendre accessible à tous son outil “Passeport”, habituellement inclus dans les offres payantes, qui permet d'entrer en contact avec des célibataires basés à l'étranger.

“Dès qu’une zone est particulièrement affectée (par le coronavirus, ndlr), le nombre d'échanges augmente. Et les discussions durent même plus longtemps”, remarque un porte-parole de l'application Tinder, célèbre pour avoir inventé le “swipe”.

À savoir, le fait de balayer l’écran à droite pour aimer le profil d’une personne ou à gauche pour le rejeter. En France, Tinder enregistrait il y a trois ans 45 millions de “swipes” par jour, mais garde secret son nombre d’utilisateurs.

“Beaucoup de nos abonnés actuels se connectent avec le reste du monde, en utilisant la fonction Passeport”, affirme Tinder. Grâce à cet outil, les rencontres ne sont plus limitées géographiquement. Ce qui permet, même en période de confinement, de parler avec des personnes du monde entier. C’est ainsi que des internautes se sont connectés avec des résidents en quarantaine à Wuhan, berceau de la pandémie du Covid-19. 

Le chat vidéo pour patienter

Once, surnommé “l’anti-Tinder” car il ne soumet à l’utilisateur que quatre profils par jour, a mis les petits plats dans les grands. L’application a créé pour l’occasion une toute nouvelle fonction, le “live-vidéo”.

En pratique, dès que deux utilisateurs font savoir qu’ils se plaisent, ils peuvent se parler par écrit et désormais, en vidéo. Once n’est pas pionnier du genre: son concurrent Bumble avait déjà lancé cette fonction il y a six mois.

“Sans possibilité de se rencontrer tout de suite, la vidéo est une option qui entend répondre à la situation exceptionnelle que nous vivons, tout en protégeant les utilisateurs qui n’ont ainsi pas à partager leur numéro ou adresse email pour discuter en live via un outil tierce”, détaille Once dans son communiqué. 

Une manière aussi de “créer un peu de positif” et d’apporter de la gaieté, selon Clémentine Lalande, PDG de Once, utilisé par plus de deux millions de personnes en France. 

Happn, “rencontrez qui vous croisez”, mais sans sortir 

“Dans ce contexte de confinement, un certain nombre de nos utilisateurs nous ont fait part de leur inquiétude, car le nombre de personnes qu’ils croisent chaque jour sur l’application commençait à baisser sérieusement”, explique l’application française Happn, qui propose habituellement d'entrer en contact avec des utilisateurs ayant été localisés au même endroit au cours de la journée.

“Retrouvez qui vous croisez”. Avec un slogan pareil, difficile de survivre à une période de confinement. Happn a rapidement réagi, quitte à dénaturer l’essence même de son service.

Le rayon de croisement qui était jusqu’alors très réduit - de 250 mètres autour de l’utilisateur - est étendu à 90 kilomètres. Soit à peu près la distance qui sépare Paris de Compiègne, dans les Hauts-de-France. Dans le but de “ne laisser personne isolé". En France, le confinement est censé prendre fin le 31 mars. Mais il pourrait être reconduit.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech