BFM Business

Sur l'App store, certaines applications d'Apple faisaient un peu trop d'ombre à leurs concurrentes

Tim Cook, le PDG d'Apple, le 30 octobre 2018.

Tim Cook, le PDG d'Apple, le 30 octobre 2018. - TIMOTHY A. CLARY / AFP

L'algorithme de recherche de l'App store, le magasin d'applications déployé par Apple, a favorisé plusieurs années durant les propres applications du groupe, au détriment de la concurrence. Apple a procédé à plusieurs ajustements pour endiguer le phénomène.

Sur l'App store, les succès des applications se font et se défont depuis 2008. Le magasin d'applications d'Apple garantit aux développeurs de voir leurs créations distribuées à un très large public, qui rassemble tous les détenteurs d'iPhone ou d'appareils tournant sous iOS, en l'échange d'une contrepartie financière. D'après le New York Times, qui s'appuie sur des données récoltées par le cabinet Sensor Tower, Apple aurait néanmoins eu tendance à privilégier ses propres applications au détriment de leurs concurrentes respectives, dans les résultats de recherche de l'App store.

Le New York Times avance ce constat en balayant plusieurs exemples, sur six années d'analyse de données. Alors que l'application de streaming musical Spotify apparaissait au premier rang des recherches comportant le terme "musique" en 2013, elle n'occupait plus que la quatrième position en 2016, quelques mois après le lancement d'Apple Music, le propre service musical d'Apple. Ce dernier figurait en première position.

"Plus d'un an"

Spotify n'aura par la suite cessé de dégringoler du classement. En février 2018, les six premiers résultats comportant le mot "musique" renvoyaient à des applications Apple, le service suédois étant relégué à la 8e position. Avant de perdre encore davantage en visibilité: en décembre dernier, il ne figurait plus qu'à la 23e position. Ce n'est qu'en avril, après la plainte de Spotify auprès de la Commission européenne pour "abus de position dominante" d'Apple, que le numéro un du streaming musical a ressorti la tête de l'eau, pour retrouver une plus confortable quatrième place.

Spotify est loin d'être un cas isolé. Toujours d'après le quotidien américain, les applications d'Apple apparaissaient systématiquement dans les premiers résultats de recherche sur l'App store pour au moins 700 termes consultés. Contactés par le New York Times, deux dirigeants d'Apple ont reconnu que "pendant plus d'un an", les premiers résultats pour la recherche de termes populaires renvoyaient vers des applications du groupe, bien que parfois moins pertinentes ou populaires que leurs concurrentes. L'exemple valait ainsi pour les applications de podcasts, de vidéos, ou encore de cartographie, Les recherches de mots-clés faisaient parfois apparaître 14 applications d'Apple avant de voir une concurrente pointer le bout de son nez. 

En juillet, l'algorithme de recherche d'Apple a été modifié pour rétablir une situation plus favorable à la concurrence. La société explique que son App store avait tendance à mettre en avant ses propres applications en raison de leur popularité - vraisemblablement entretenue par ce même phénomène - mais aussi en raison de leurs noms génériques, qui correspondaient aux termes recherchés par les internautes. 

Sur son très profitable magasin d'applications, Apple se doit de trouver un juste équilibre. La société n'a pas forcément intérêt à favoriser ses propres applications. Les services concurrents lui rapportent en effet gros, l'App store prélevant une commission de 30% sur les bénéfices réalisés au sein de son écosystème. Un tribut jugé si important que Netflix a purement et simplement choisi de s'en passer. Depuis décembre dernier, il est devenu impossible de s'abonner au plus connu des services de streaming en passant par l'App store.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech