BFM Business

Sur Instagram, il sera bientôt possible de signaler les fausses informations

-

- - BFMTV.com

Les contenus examinés par les modérateurs sur la base des signalements d'utilisateurs ne seront jamais supprimés de la plateforme. Seulement masqués aux yeux du grand public.

Instagram prend le taureau de la désinformation par les cornes. Le réseau social, critiqué pour avoir laissé prospérer de nombreuses fake news, entend lutter contre ce vaste problème. Il sera désormais possible de signaler les contenus considérés comme des fausses informations. Il n’existe actuellement que deux options de signalement: "il s’agit de contenu indésirable" et "c’est inapproprié".

"À partir d'aujourd'hui, les gens peuvent nous faire savoir s'ils voient des messages sur Instagram qu'ils pensent être faux ", a déclaré Stephanie Otway, porte-parole de l'Instagram dans un communiqué. "Nous investissons massivement pour limiter la diffusion de fausses informations dans nos applications, et nous prévoyons de partager d'autres mises à jour dans les mois à venir."
Instagram
Instagram © Instagram

Pas de censure, des contenus "masqués" 

Une équipe de modérateurs indépendants examinera le contenu signalé (comme c’est le cas pour Facebook, maison-mère d’Instagram) et pourra décider de le laisser en ligne, ou de le masquer des zones publiques de la plateforme, détaille Mashable. Aucun contenu ne sera supprimé.

Ces pages publiques sont l’onglet "Explorer", qui propose à chaque utilisateur une sélection personnalisée de contenus en fonction de ses centres d’intérêt, et les pages liées aux hashtags. Pour rappel, la plateforme permet depuis 2017 de s'abonner à un hashtag, comme à un compte classique. Tout contenu considéré comme une fake-news par les modérateurs disparaîtra de ces deux onglets. Mais les followers du compte qui l'a publié pourront toujours le voir.

Il y a quelques mois, un article du média américain The Atlantic avait mis en lumière la vaste campagne menée par les anti-vaccins sur Instagram. La plateforme avait finalement réagi et bloqué une partie des hashtags ouvertement anti-vaccins comme "vaccineskill" (les vaccins tuent) ou "vaccinesarepoison" (les vaccins sont des poisons).

Avec ces mesures, le réseau social qui a dépassé la barre du milliard d’utilisateurs s’attaque au problème de la désinformation à demi-mot: rien ne sera supprimé, seulement caché. Un bon moyen pour éviter de se mettre certaines personnes à dos et de voir baisser sa cote de popularité. Instagram n’a pas non plus prévu d’inclure un message d’avertissement sur les sujets où il peut y avoir de la désinformation, contrairement à YouTube par exemple.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech