BFM Business

Snapchat: les filtres masculin/féminin divisent la communauté transgenre

Mark Zuckerberg, soumis au dernier filtre Snapchat.

Mark Zuckerberg, soumis au dernier filtre Snapchat. - Philippe LOPEZ / AFP

Snapchat a déployé de nouveaux filtres pour modifier le visage de ses utilisateurs, afin de leur donner des traits plus masculins ou féminins. L'initiative a eu des échos mitigés au sein de la communauté transgenre.

Si les filtres ont fait le succès de Snapchat, certains font largement plus parler d'eux que d'autres. Tel est le cas d'une fournée de trois filtres déployés par l'application, qui permettent de modifier son visage pour le rendre plus masculin, plus féminin ou beaucoup plus jeune. 

Difficile ces derniers jours de passer outre ces détournements, bien souvent postés non seulement sur Snapchat mais aussi sur Instagram et Twitter. Jugés assez réalistes, ils ont notamment été utilisés sur certaines applications de rencontres pour induire les autres utilisateurs en erreur, relatait BuzzFeed

Des "caricatures"

Sauf que cet outil, ou du moins l'utilisation qui en est faite, n'est pas du goût de tout le monde. D'après Rose Dommu, du magazine LGBT Out, ces filtres reviennent à faire du changement de sexe une "blague". "Je ne veux certainement pas regarder l'écran de mon téléphone pour y voir ce que serait la version la plus parfaitement féminine de moi, selon des développeurs", fait-elle savoir, en rappelant les difficultés concrètes de sa transition d'homme à femme. "Je ne veux pas non plus voir des mèmes se moquer de la très réelle violence à laquelle font face les personnes transsexuelles", explique-t-elle par ailleurs. 

D'autres, à l'instar d'Andre Cavalcante, professeur adjoint à l'Université de Virginie sur les questions de genre, y voient une caricature critiquable "L’application transforme les utilisateurs [...] en caricatures d’hommes et de femmes", juge-t-il auprès du magazine Time. "Les hommes ont ainsi [...] des poils au visage. Les femmes posent sous un éclairage tamisé (sans raison apparente) et se voient affublées des traits fins et délicats. De la sorte, le genre est réduit à un masque ou à un costume, et à quelque chose qui peut changer en un clin d'œil."

En réponse aux critiques, Snapchat a convenu du fait que l'identité était une question "profondément personnelle" et qu'il s'agissait surtout pour l'entreprise d'aider ses utilisateurs à en exploiter les possibilités. L'application a également rappelé ses engagements à proposer des filtres inclusifs et reflétant au mieux les questions de diversité.

Par le passé, Snapchat s'est déjà vu contraint de retirer un filtre ayant fait polémique. Ainsi d'un outil lancé en 2016, qui donnait à ses utilisateurs des traits asiatiques caricaturaux, relatait à l'époque Le Monde. Quelques mois auparavant, c'est un filtre "Bob Marley", qui noircissait la peau et ajoutait un chapeau rasta, qui avait été jugé inapproprié. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech