BFM Tech

Mark Zuckerberg filme sa vie rêvée avec son assistant virtuel, Jarvis

-

- - Capture vidéo Mark Zuckerberg

Dans une vidéo de deux minutes, le patron de Facebook montre ce que pourrait être notre quotidien dans un futur plus ou moins proche.

Quand il a un peu de temps libre, Mark Zuckerberg le consacre à son projet personnel de l'année 2016. Il a ainsi créé - en une centaine d’heures - un assistant virtuel, Jarvis. Pour accompagner la présentation de ce nouvel outil, le patron de Facebook s’est mis en scène dans une vidéo de deux minutes où il montre ce que pourrait être la vie avec Jarvis et le résultat est… vraiment décalé.

Commençons avec les fonctions de Jarvis qui s’exprime avec la belle voix profonde de Morgan Freeman - et non celle de Robert Downey Jr, qui s'était proposé sous certaines conditions.

Il indique les rendez-vous prévus dans la journée, lance une conférence vidéo, met le grille-pain en route, amuse la fille de Mark Zuckerberg, identifie les visiteurs à la porte avant de les laisser entrer, contrôle les lumières et peut lancer une playlist musicale. Bref il sait tout faire. Jusque-là tout est "normal".

Pour ceux qui en doutait, on découvre le côté profondément geek de Mark Zuckerberg. Il faut l'être pour créer un canon à tee-shirt gris - la base de sa garde-robe. C'est ainsi qu'il reçoit son tee-shirt du jour. Et si la mise en scène de cette vidéo est amusante, elle met aussi légèrement mal à l'aise ou sonne légèrement faux. On a ainsi peur que Mark Zuckerberg s'étouffe avec son triste toast bien sec, sans beurre ni confiture.

En tout cas, on voit clairement où le patron de Facebook veut en venir, quel avenir il entraperçoit et vise. Les interactions avec l'assistant sont transparentes et sans latence. Comme lorsque Mark Zuckerberg complimente le mandarin de Jarvis en le qualifiant "d'apaisant"… et demande à son assistant virtuel qui il doit chatouiller ensuite. La bonne réponse est évidemment sa petite fille, Max.

Un monde amusant ou effrayant?

Autre moment absolument... fabuleux, lorsque le jeune patron s’essaie à faire de l’humour… en demandant à Jarvis de jouer une "bonne chanson de Nickelback", groupe de rock canadien dont l'heure de gloire paraît être derrière lui. Ce à quoi l'intelligence artificielle lui répond avec une phrase inspirée du film 2001 Odyssée de l’espace… avant de se justifier en ajoutant qu’il n’y a pas de bonne chanson de ce groupe.

Le clin d'oeil est d'autant plus amusant que Mark Zuckerberg confiait sur ce point aux journalistes de The Fast Company qu'il était très difficile de demander à une intelligence artificielle de choisir un morceau précis.

Pour contourner ce problème, le patron de Facebook a dû se rabattre sur des classements de morceaux par ambiance, par exemple. C'est ce qu'on voit dans la vidéo. C'est donc autant un moment amusant pour la référence explicite que parce que le jeune concepteur de Jarvis sait qu'il y a encore un problème sur ce point - il y voit d'ailleurs des opportunités de futurs développements commerciaux. On ne se refait pas.

Pour être tout à fait clair, après avoir publié sa vidéo sur sa page Facebook, Mark Zuckerberg a aussitôt posté un message précisant qu’elle n’était "pas une démonstration des capacités réelles de Jarvis mais un résumé amusant de ce que pourrait être la vie avec un tel outil". Amusant ou effrayant? Sans doute un peu des deux. En tout cas, Morgan Freeman est épatant dans le rôle de Jeffrey... Pardon, de Jarvis.