BFM Business

Instagram: bientôt la fin des "j'aime"?

-

- - BFMTV.com

Instagram pourrait supprimer le nombre de likes afin d'encourager les utilisateurs à se concentrer sur les photos et non sur le nombre de personnes qui les aiment. Cela pourrait aussi contribuer à rendre le réseau social plus sain.

C’est une nouveauté qui pourrait tout changer, surtout pour les influenceurs. Instagram envisage de faire disparaître le nombre de "likes" qui apparaît sous les photos, a découvert Jane Manchun Wong, experte en sécurité et rétroingénierie. Pas d’officialisation pour l’instant, la fonction n’est même pas encore testée publiquement. Les entreprises ont l’habitude de développer des outils censés améliorer leur service sans pour autant qu’ils soient destinés à être effectivement mis en place un jour .

"Nous voulons que vos followers se concentrent sur ce que vous partagez et non sur le nombre de personnes qui aiment vos photos, explique Instagram. Pendant ce test, seule la personne qui a partagé l’image verra le nombre de likes reçus".

Instagram
Instagram © Jane Manchun Wong / Twitter

Réduire la pression sociale 

Instagram fait l’objet de nombreuses critiques. Selon certains, l’application pourrait engendrer un sentiment de solitude, voire de dépression chez certains utilisateurs. Comparer sa vie "normale" à celle "idyllique" d’un influenceur aurait des effets dévastateurs pour le moral, selon le Human Comuter Institute de l’université de Carnegie-Mellon.

Si le nombre de likes n’est pas la première cause du mal-être évoqué par certains chercheurs, cela pourrait contribuer aux potentiels effets négatifs du service. Mais supprimer ce chiffre pourrait poser des problèmes aux influenceurs qui mettent en avant leur nombre de followers et la popularité de leurs photos auprès des marques pour conclure des partenariats.

Instagram n’est pas la seule plateforme à réfléchir à la place accordée à ces outils. Cette semaine, lors d’une conférence TED donnée au Canada, le PDG de Twitter Jack Dorsey s’est exprimé sur le sujet: "Si je devais tout recommencer, je ne mettrais pas autant en avant le nombre d’abonnés. Je ne mettrais pas non plus en avant le nombre de likes". Il a même indiqué regretter la création du bouton "like". Ces outils favoriseraient selon lui les publications qui ne sont pas "saines".

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech