BFM Business

Avec le confinement, les serveurs de Facebook font face à une pression inédite

Le patron de Facebook appelle les États à renforcer leur régulation sur Internet.

Le patron de Facebook appelle les États à renforcer leur régulation sur Internet. - AFP

L’entreprise californienne doit renforcer la capacité de ses serveurs pour tenir la charge, notamment pour préserver le fonctionnement de sa filiale WhatsApp.

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, Facebook doit faire face à de nombreux défis, à commencer par la lutte contre les fausses informations. Mais depuis le confinement, la firme américaine a une autre source de préoccupation: le bon fonctionnement de ses services, qu’il s’agisse de son réseau social, mais surtout de ses applications de messagerie WhatsApp et Messenger.

Depuis le début du confinement dans les grands pays européens, les sollicitations des internautes battent des records. La situation pourrait encore se compliquer en cas de confinement imposé en Amérique du Nord.

En plus des traditionnels envois de messages, Messenger et WhatsApp figurent parmi les applications les plus utilisées pour passer des appels par Internet ou réaliser des visioconférences avec ses proches. Un dernier usage particulièrement gourmand en ressources pour les serveurs de Facebook.

Doublement des capacités chez WhatsApp

Lors d’un entretien avec des journalistes américains relayé ce mercredi 18 mars sur Twitter, Mark Zuckerberg, PDG et fondateur de Facebook, a évoqué une activité record sur ses services, avec un flux d’échanges supérieur à ce qui est observé à minuit pour le Nouvel An. Les équipes doivent donc gérer en continu un pic d’activité habituellement limité à quelques heures.

Will Cathcart, en charge de WhatsApp, explique quant à lui que ses équipes doivent augmenter drastiquement la quantité de serveurs mis à disposition de l’application. 

“Nous avons pratiquement doublé les capacités des serveurs de WhatsApp et constatons un bon fonctionnement des services malgré une multiplication des appels audio et vidéo partout dans le monde. Nous continuerons à faire tout notre possible pour que WhatsApp reste fiable et réactif, tant que les utilisateurs seront éloignés les uns des autres, tout en restant connectés.” expliquait-il ce 18 mars, toujours sur Twitter.

Si les géants américains parviennent pour l'heure à s'adapter, certains acteurs ont davantage de mal à répondre à l’afflux de connexion. C’est notamment le cas des académies françaises, qui peinent à maintenir fonctionnels les outils de travail à distance mis à disposition des enseignants et des élèves. Poussant ces dernier à se tourner vers certaines applications américaines.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech