BFM Business

Qu'est-ce que le Dogecoin, cette cryptomonnaie "parodique" dont Elon Musk fait flamber le cours?

Cette cryptomonnaie a dépassé les 5 milliards d'euros de capitalisation ce 4 février à la suite de simples tweets du milliardaire américain. Un record historique alors même que son code n'a pourtant pas été mis à jour depuis 2019.

Il avait assuré se retirer de Twitter quelque temps. Mais moins de 48 heures plus tard, Elon Musk est déjà de retour sur le réseau social. Par une série de tweets plus cryptiques les uns que les autres, et invoquant son amour pour les mèmes, ces images humoristiques et particulièrement virales, le milliardaire est venu apporter son soutien à une cryptomonnaie peu connue du grand public: le dogecoin.

Dans la foulée, le cours de cette devise numérique prenait plus de 60%, avant de retomber légèrement. Le dogecoin n'en reste pas moins à une valeur proche de son plus haut historique, sans qu'aucune autre raison que les tweets d'Elon Musk ne vienne légitimer cela.

Pourquoi apporter son soutien à une telle cryptomonnaie ? Nul ne saura vraiment expliquer l'intention d'Elon Musk, qui a récemment pris l'habitude de bouleverser le cours de cryptomonnaies comme d'actions (dont celles de l'entreprise de jeux vidéo GameStop ou du spécialiste du e-commerce Etsy) par de simples tweets plutôt lapidaires.

Le dogecoin, symbolisé par un mème de chien très populaire à sa création, en 2013, ne brille pas par ses caractéristiques techniques. Cette devise a été lancée comme une pâle copie du bitcoin, pour mieux railler l'engouement pour les cryptomonnaies. "C'est un jeton qui revendique son inutilité", rappelle Claire Balva, de Blockchain Partner. "A la différence du bitcoin, il peut se prêter à des micropaiements, ses frais de commission étant moins élevés", ajoute-t-elle. "Mais il s'agit-là de son rare élément distinctif".

"On a longtemps eu pour habitude de dire que Bitcoin était l'or, Litecoin l'argent et Dogecoin le cuivre", complète Quentin de Beauchesne, de la communauté spécialisée CryptoFr. "Sauf qu'entre temps, si le secteur a beaucoup bougé, le Dogecoin n'a, lui, pas évolué".

La cryptomonnaie n'a en effet pas été mise à jour depuis 2019, et ne comporte donc aucune innovation technologique depuis cette date. Qu'à cela ne tienne: il suffit visiblement d'une mascotte sympathique et d'une certaine dose d'humour pour que la devise rallie une très large communauté.

Malgré sa promesse technologique vide sur le papier, le Dogecoin rassemble à lui seul plus de 849.000 aficionados sur un forum dédié. Soit plus que l'onglet consacré à l'ether, la deuxième cryptomonnaie en capitalisation après le bitcoin.

"Elon Musk apprécie les mèmes, et le dogecoin est le "meme coin" par excellence - il n'est d'aucune utilité, hormis le fait d'avoir un logo à l'effigie d'un mème", reconnaît Quentin de Beauchesne, comme seule explication à ce phénomène. A cela s'ajoute le prix, jusqu'alors très bas de cette devise, en comparaison à celui du bitcoin.

Sa capitalisation est malgré tout loin d'être anecdotique. Elle aura augmenté de façon fulgurante pour atteindre les deux milliards de dollars (soit 1,7 milliard d'euros) début 2014, avant de connaître un passage à vide jusqu'en 2017. Rien à signaler depuis lors, si ce n'est une longue traversée du désert. Avec ce regain d'intérêt, le dogecoin a aujourd'hui franchi le cap des 5 milliards d'euros de capitalisation et probablement ravi bon nombre de ses adeptes.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech