BFM Business

Qui est Xiaomi, la “copie” chinoise d’Apple qui arrive sur les Champs-Elysées?

-

- - Nicolas ASFOURI AFP

Avec l’ouverture de sa première boutique sur les Champs-Elysées, Xiaomi espère faire de l’ombre à son modèle et concurrent californien.

Les murs sont clairs, les tables sont en bois. Devant la porte d’entrée, la file d’attente est immense, à quelques minutes de l’ouverture des portes de ce géant de l’univers du smartphone. Nous ne sommes pas chez Apple, qui vient d’ouvrir une boutique sur les Champs-Elysées, mais chez Xiaomi, qui inaugure un point de vente sur la même avenue, deux mois plus tard. Une marque qui n’est pas étrangère à ceux qui ont récemment cherché un smartphone au bon rapport qualité-prix sur le Web, tant ses -nombreux- modèles s’affichent sur tous les sites de tests. Mais en France comme en Europe, nombreux sont ceux qui se demandent encore s’il faut succomber à ses produits.

-
- © Xiaomi

Un géant chinois

Méconnue par les occidentaux, Xiaomi est l’une des entreprises les plus populaires en Chine. Après avoir connu un trou d’air en 2016, la firme a vu ses ventes exploser en 2017 et 2018. Désormais, elle se situe à la quatrième place des plus gros vendeurs de smartphones au monde, derrière Samsung, Huawei et Apple. Des chiffres qu’elle doit essentiellement à sa clientèle locale, mais également aux millions d’acheteurs indiens.

Depuis deux ans, Xiaomi s’attaque à l’Europe. Après s’être implanté en Espagne, le groupe investit les boutiques françaises depuis l’été 2017. Désormais, ses smartphones sont disposés dans les rayons de toutes les grandes enseignes spécialisées de l’Hexagone et dans ses propres boutiques.

Des smartphones plus accessibles

Parmi les modèles les plus vendus, on retrouve des smartphones commercialisés entre 150 et 300 euros. Des appareils qui ont pour point commun d’afficher un design très travaillé, souvent inspiré de celui des smartphones d’Apple. Car pour ses boutiques comme pour ses produits, Xiaomi assume parfaitement de reprendre les codes du géant californien, les prix élevés en moins.

En avril 2018, Xiaomi annonce que la marge réalisée sur ses produits ne dépassera pas les 5%, là où celles de la concurrence peuvent atteindre les 30 à 40%. Ainsi, même ses modèles les plus haut de gamme -vendus aux alentours de 500 euros- bénéficient de tarifs bien inférieurs à ceux des mobiles signés Apple, Samsung et Huawei.

-
- © Xiaomi

Des fans partout dans le monde

Depuis sa création en 2010, Xiaomi a su répliquer un autre point fort d’Apple: une communauté de fans très impliquée, partout dans le monde. Dans un premier temps, la marque a opté pour une communication et des ventes uniquement en ligne. Par la suite, elle a su fidéliser des utilisateurs, par exemple en les incitant à donner leur avis sur l’interface logicielle de ses smartphones, là encore inspirée de celle d’Apple.

Grâce à ses nombreux fans, Xiaomi n’a eu qu’à annoncer l’événement pour avoir droit à une longue file d’attente lors de l’ouverture de sa dernière boutique des Champs-Elysées. Si l’organisation de jeux visant à faire gagner des cadeaux a également produit son effet, la firme parvient à chaque fois à attiser la curiosité.

Un supermarché à lui tout seul

Face à la parcimonie d’Apple, dont les nouveaux produits se font rares, Xiaomi a fait le choix de l’opulence. Alors en perte de vitesse en 2016, l’entreprise signe des partenariats avec des dizaines de jeunes entreprises chinoises spécialisées dans les objets connectés. En quelques mois, elle commercialise une nuée de produits, à commencer par un purificateur d’air vendu une centaine d’euros, dans une Chine à l’atmosphère très polluée, où de tels appareils coûtent au moins le triple. Un carton immédiat, qui fait de Xiaomi l’un des plus importants vendeurs de purificateurs d’air sur le marché local.

Les centaines de boutiques de la marque ouvertes depuis deux ans font figure de supermarchés d’objets connectés. Parmi les best-sellers, les bracelets connectés vendus environ 15 euros -faisant de Xiaomi le numéro deux mondial du secteur, une brosse à dent connectée ou une trottinette électrique, devenue une référence.

La multiplication frénétique de ces objets connectés accessibles est une nouvelle étape pour Xiaomi. En bonne voie pour se mettre au niveau d’Apple, Samsung et Huawei sur le marché des smartphones -voire les dépasser- l’entreprise cherche désormais à nous inonder de produits accessibles, pour mieux nous familiariser avec son écosystème.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech