BFM Tech

Dix ans après son lancement, Windows 7 tire sa révérence

-

- - -

Microsoft publie la dernière mise à jour pour son système d’exploitation lancé en 2009. Il est fortement recommandé d’installer Windows 10 sur sa machine.

Deux ans après le très critiqué Windows Vista, lancé en 2007, Microsoft avait redoré son image en proposant Windows 7. Un système d’exploitation qui reste aujourd’hui très populaire et dont le support officiel s’arrête aujourd’hui. Comme le rappellent nos confrères de 01net.com, il serait encore utilisé sur un quart des ordinateurs dans le monde. Une popularité en partie due à un Windows 8 peu convaincant, sorti en 2013. Ce 14 janvier, comme tous les deuxièmes mardis du mois, Microsoft publie ses correctifs de sécurité. Pour Windows 7, il s’agit donc des derniers.

Une période sensible

La fin du support de Windows 7 ne signifie pas que les millions d’utilisateurs feront face à un écran noir. A court-terme, aucun changement ne sera remarqué. Tous les logiciels installés continueront à fonctionner sans problème. Mais avec la fin des mises à jour de sécurité, les failles ne seront plus corrigées. Les ordinateurs sous Windows 7 deviendront ainsi de plus en plus vulnérables aux attaques informatiques. Notons que Microsoft permet aux entreprises de payer pour profiter de correctifs de sécurité jusqu’en janvier 2023.

Du côté des particuliers, il est possible de poursuivre l’aventure sur Windows 7, en acceptant le risque de piratage et de difficultés de fonctionnement de certains logiciels dans les mois - ou années - à venir. La solution recommandée est de migrer vers Windows 10, vendu 149 euros, ou d’en profiter pour changer de PC si le besoin s’en fait ressentir.

L’utilisation massive de Windows 7 dans le monde peut laisser craindre une période sensible en matière de cybersécurité. Le 8 avril 2014, Microsoft avait mis fin au support de Windows XP, autre système d’exploitation très populaire, et très répandu dans les entreprises. En 2017, face à une cyberattaque mondiale, l’entreprise américaine avait été contrainte de réactiver certaines mises à jour pour lutter contre la propagation du logiciel de rançon Wannacry.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech