BFM Tech

Hyper Scape, le Battle Royale gratuit d'Ubisoft, est disponible en bêta

Le Battle Royale Hyper Scape

Le Battle Royale Hyper Scape - Ubisoft

Sa sortie est prévue cet été, mais le Battle Royale d'Ubisoft, Hyper Scape, est déjà disponible en téléchargement sur PC. Il s'agit de la version bêta.

Et un nouveau venu de plus sur la scène des Battle Royale. Ce genre de jeu vidéo popularisé par le célèbre Fortnite, est très apprécié des joueurs et les studios le savent. Après Fortnite donc, PUBG, Apex Legends et Warzone, voici Hyper Scape, du studio Ubisoft.

Le jeu vient d'entrer en phase de "bêta ouverte". Il n'est pas officiellement sorti mais les joueurs PC peuvent d'ores et déjà le télécharger gratuitement. Les autres devront patienter encore un peu, la sortie officielle étant prévue au "courant de l'été" sur PS4, Xbox One et PC.

Une ville futuriste

Comme Fortnite ou Warzone, Hyper Scape sera gratuit. Le jeu se déroule dans un futur lointain, en 2054. Cent participants débarquent dans la ville de Neo Arcadia, simplement munis d'une arme de corps-à-corps. Ils doivent arpenter les rues à la recherche de meilleurs équipements. Le principe est simple: être le dernier survivant, seul ou en équipe.

Hyper Scape est un savant mélange de tout ce qui existe déjà sur le marché du Battle Royale. Le joueur a une vision en FPS (first person shooter), c'est-à-dire qu'il voit le jeu à travers les yeux du personnage qu'il incarne, comme dans Call of Duty Warzone. Le graphisme est proche de celui de Fortnite, à savoir cartoonesque et adapté aux joueurs de tous les âges puisqu'il n'y a jamais de sang à l'écran.

Quant au modèle économique adopté, il sera gratuit au téléchargement, comme la majorité des autres Battle Royale, et contiendra des achats intégrés. Si Ubisoft se calque sur ce qui se fait déjà, ces options n'auront aucun impact sur le jeu en lui-même. Il s'agira probablement de skins (costumes) ou d'accessoires.

Ubisoft est en ce moment au coeur d'un scandale après que plusieurs salariés ont été accusés d'harcèlement sexuel et d'agressions. Les victimes ont dénoncé un environnement sexiste, critiquant le laxisme des ressources humaines qui auraient été saisies dans la mjorité des cas. Depuis, plusieurs hauts cadres, dont le numéro deux du groupe, ont annoncé leur départ. En réaction, l'action de l'éditeur a chuté ce lundi 13 juillet.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech