BFM Business

Facebook et Twitter signalent un message de Trump sur le vote anticipé

Le président américain Donald Trump lors d'un meeting à Avoca, le 2 novembre 2020 en Pennsylvanie

Le président américain Donald Trump lors d'un meeting à Avoca, le 2 novembre 2020 en Pennsylvanie - Brendan Smialowski © 2019 AFP

Facebook et Twitter ont signalé lundi, à la veille de l'élection présidentielle américaine, un message de Donald Trump sur le vote anticipé en Pennsylvanie, l'accusant d'être "trompeur".

Les faits et gestes de Donald Trump sont scrutés sur les réseaux sociaux, particulièrement à la veille de l'élection présidentielle, et des sanctions ont été prises. Le candidat à sa réélection avait publié un message dans lequel il qualifiait de "très dangereuse" la décision la semaine dernière de la Cour suprême sur le vote anticipé en Pennsylvanie.

Cet Etat clé pourrait faire basculer le résultat du vote. La Pennsylvanie est dotée de 20 grands électeurs. Mais celui qui remportera cet Etat ne sera pas connu dans la nuit suivant l'élection, et peut-être pas avant plusieurs jours. En raison du Covid, il y a eu dix fois plus de vote par correspondance cette année. La Cour Suprême a donc décidé d'accorder un délai plus long à cet Etat ainsi qu'à la Caroline du Nord pour dépouiller ces votes.

Le soir du 3 novembre, Donald Trump pourrait très bien arriver en tête de ceux qui ont voté le jour de l'élection, mais son avance pourrait ne pas résister au dépouillement du vote par correspondance.

Le tweet de Donald Trump signalé comme trompeur par la plateforme
Le tweet de Donald Trump signalé comme trompeur par la plateforme © Twitter

"Une partie du contenu partagé dans ce tweet est contestée"

Dans son tweet, Donald Trump, qui agite régulièrement, sans preuve, la menace d'une fraude électorale de masse lors du vote anticipé, a affirmé que cette décision "minerait tout le système juridique américain" et "provoquerait de la violence dans les rues".

Sur la page Twitter du président, le message n'est plus visible immédiatement, et il faut volontairement cliquer dessus pour l'afficher.

"Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce Tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection ou à un autre processus civique", avertit Twitter dans un message.

Il est par ailleurs impossible de "liker" le tweet, d'y répondre et de le partager sans le commenter.


Twitter a déjà signalé des messages du président qu'il considérait comme "trompeurs" ou faisant l'"apologie de la violence".

Sur la page Facebook du président, le message est toujours visible, mais le réseau de Mark Zuckerbeg, accusé de ne pas avoir fait assez pour lutter contre la désinformation en ligne en 2016, a ajouté l'explication suivante: "Le vote en personne et le vote par correspondance font preuve depuis longtemps d'une grande fiabilité aux États-Unis. La fraude électorale est extrêmement rare, peu importe le type de vote".

Pauline Dumonteil avec AFP