Tech&Co
Tech

Données personnelles, protection des mineurs: l’UFC-Que Choisir attaque TikTok en justice

L’association de protection des consommateurs se joint à une plainte européenne contre l’application chinoise visant les adolescents. Cette dernière est accusée de pratiques illégales.

Ce 16 février, l’association UFC-Que Choisir annonce se joindre à une plainte européenne du Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC). Sa cible: l’application chinoise TikTok, qui figure parmi les plus téléchargées en 2020.

Plébiscitée par les plus jeunes, elle est régulièrement accusée de ne pas protéger suffisamment ses utilisateurs. Un constat partagé par les associations européennes de protection des consommateurs, qui adressent une plainte à la Commission européenne.

Campagnes marketing et arnaques

Parmi les faits reprochés, la politique “illégale” de TikTok, selon laquelle la plateforme s’arroge le droit d’utiliser ou modifier les vidéos publiées par les utilisateurs sans leur en laisser le choix. Par ailleurs, TikTok est accusée de ne pas protéger les plus jeunes, notamment en laissant des marques lancer des concours à l’aide d’influenceurs, masquant en réalité des campagnes marketing.

Dans un communiqué de presse, l’UFC-Que Choisir rappelle des drames récemment liés à l’utilisation de TikTok, à l’image du décès d’une jeune italienne de dix ans, morte asphyxiée après avoir voulu reproduire le “jeu du foulard” lors d’un “challenge” partagé sur la plateforme. Début janvier, l’entreprise avait annoncé de nouvelles mesures pour protéger les plus jeunes, visiblement sans convaincre les associations.

Ces dernières mentionnent par ailleurs le système de paiement mis en place par la plateforme, qui a imaginé une monnaie “virtuelle”, impliquant malgré tout des paiements bien réels. Une fonction “détestable” aux yeux de l’UFC-Que Choisir.

En septembre dernier, de nombreux témoignages relayés par l’association 60 Millions de consommateurs évoquaient l’utilisation de cette monnaie virtuelle par des influenceurs de TikTok pour soutirer de fortes sommes à des adolescents. D’après les chiffres cités dans le communiqué de presse, près de la moitié des jeunes français de moins de 13 ans utilisent l’application.

Dans sa plainte, le Bureau Européen des Unions de Consommateurs appelle la Commission européenne à lancer une enquête sur les pratiques de TikTok et à forcer l’entreprise chinoise à se montrer plus transparente sur l’utilisation des données personnelles, le fonctionnement de sa monnaie “virtuelle” et à mieux protéger les plus jeunes des contenus publicitaires.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech