BFM Business

Cyberattaques: Emmanuel Macron va annoncer un plan d’un milliard d’euros pour la cybersécurité

Le chef de l’État s’adressera demain aux dirigeants des deux établissements hospitaliers touchés par des cyberattaques, annonçant un budget supplémentaire pour promouvoir la protection informatique en France.

C’était un plan prévu de longue date, assure l’Élysée à BFMTV, qui se retrouve au cœur de l’actualité. Ce 18 février, Emmanuel Macron va profiter d’une visioconférence avec les équipes des hôpitaux de Dax et de Villefranche-sur-Saône, lourdement visés par des hackers, pour dévoiler un plan dédié à la cybersécurité. Au total, un milliard d’euros seront débloqués d’ici à 2025, dont la moitié viendra du privé.

25 milliards d’euros pour 2025

Comme l’a détaillé l’exécutif à BFMTV, 500 millions d’euros -dont 300 millions d’investissements publics- seront alloués à la recherche et au développement, pour mieux protéger les grandes entreprises, mais aussi les PME.

Par ailleurs, près de 150 millions d’euros seront investis pour renforcer les échanges entre les différents acteurs de la filière, tandis que 75 millions d’euros seront investis dans un campus flambant neuf dédié à la cybersécurité à La Défense.

Enfin, Emmanuel Macron annoncera un soutien de la demande, dans le but de faire grossir les acteurs français de la cybersécurité. Aux yeux de l’Élysée, le poids des acteurs étranger dans le domaine, qui captent 30 à 40% du marché, est trop important.

D’ici à 2025, le gouvernement espère faire gonfler le chiffre d'affaires de la filière, pour le faire passer de 7 milliards en 2020 à 25 milliards dans cinq ans. Le tout en doublant le nombre d’emplois, en passant de 37.000 aujourd’hui à plus de 70.000 sur la même période.

Pas de paiement de rançon

À ce titre, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) a rappelé avoir fait passer ses effectifs de 400 à 600 personnes sur un an, après avoir constaté une hausse des attaques par rançongiciel - des logiciels chiffrant les données et réclamant une rançon à la victime - de 255% entre 2019 et 2020. Au total, 192 incidents de cette nature ont été rapportés l’an dernier.

L’Anssi est par ailleurs revenue sur les cyberattaques ayant paralysé les hôpitaux de Dax et de Villefranche-sur-Saône, mobilisant justement des rançongiciels. L’institution rappelle que conformément à ses recommandations habituelles, aucune rançon n’a été payée.

Ses équipes sont intervenues auprès des deux établissements au cours des derniers jours. Le cœur de réseau de l’hôpital de Dax a ainsi été rétabli et devrait pouvoir fonctionner dès ce 18 février. Mais la convalescence sera longue pour réintégrer progressivement toutes les données supprimées dans les systèmes informatiques de l’établissement.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech