BFM Tech

Incendies en Australie: sur Instagram, les arnaques aux faux dons se multiplient

-

- - -

Depuis quelques jours, certains internautes semblent profiter des incendies qui ravagent l’Australie pour accumuler les abonnés, voire soutirer de l’argent.

Les arnaques sur les réseaux sociaux s’articulent autour de nombreux thèmes, qu’il s’agisse de faux comptes Disney+, d’offres de Thermomix, ou encore de faux bons d’achat Auchan. Mais les moins scrupuleux n’hésitent pas à se servir d’événements dramatiques pour dérober de l’argent.

Comme le rapporte l’édition américaine du Huffpost, certains comptes Instagram utilisent les incendies qui ravagent une partie de l’Australie pour récolter de nouveaux abonnés, ou directement de l’argent. Le tout sans aucune intention d’en faire profiter les victimes ou les secours. L’été dernier, une méthode analogue était mise en œuvre pour soutirer de l’argent lors des incendies survenus en Amazonie.

Faire fructifier ses abonnés

Le média américain a notamment repéré plusieurs comptes - supprimés depuis - adoptant des noms tels que “australiansafety” (“sécurité en Australie”) ou “thewildfund” (“le fond sauvage”), promettant un don d’un dollar pour chaque mention “j’aime” sur Instagram. Ils assurent par ailleurs verser cinq dollars à la National Geographic Society (qui possède la chaîne de TV du même nom), une organisation de promotion de l’environnement à but non lucratif. Un partenariat nié par l’organisme.

Le fait de récolter des “j’aime” et des abonnés permet aux propriétaires d’un compte Instagram de modifier les informations de ce dernier et de profiter de cette nouvelle communauté pour afficher des offres commerciales, voire de nouvelles arnaques. Une manœuvre qui peut s’avérer très rentable si un compte dispose de milliers ou de dizaines de milliers d’abonnés. D’autres escrocs n’hésitent pas à donner leurs coordonnées PayPal pour recevoir de l’argent en bonne et dûe forme.

Pour venir en aide aux Australiens, le plus sûr reste de passer par des organismes officiels, comme le site des pompiers de Nouvelle-Galles du Sud, l’une des régions les plus touchées par les flammes. La Croix-Rouge australienne dispose également d’une page Web dédiée aux dons. Comme le rappellent nos confrères de Franceinfo, ces dons ne permettent pas de profiter d’une réduction d’impôts, étant destinés à des organisations installées en dehors de l’Union européenne.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech