BFM Tech

Arnaque: attention aux publicités Facebook vous proposant de devenir testeurs pour Disney+

Capture d'écran du site internet créé par des escrocs

Capture d'écran du site internet créé par des escrocs - BFMTV.com

Depuis plusieurs jours, le réseau social américain diffuse une publicité qui n’est autre qu’une escroquerie visant les amateurs de Disney, Marvel ou Star Wars.

Certains pensaient pouvoir profiter de Baby Yoda -star de la série The Mandalorian- avant l’arrivée officielle de Disney+ en France, fixée le 31 mars 2020. C’est raté. Depuis plusieurs jours, sur Facebook, Messenger et Instagram, une publicité promettant aux utilisateurs d’accéder au service de streaming concurrent de Netflix en avant-première, moyennant le paiement de deux euros par mois, circule.

"Nous savons tous que Disney va bientôt lancer son nouveau service en demande [sic] ! Mais les fans peuvent déjà commencer à regarder. Disney a besoin de nouveau testeur beta pour leur produit", peut-on lire sur la publicité.
Capture d'écran de la publicité frauduleuse
Capture d'écran de la publicité frauduleuse © BFMTV.com

Comme bien d’autres annonces commerciales diffusées sur les réseaux sociaux, il s’agit malheureusement d’une escroquerie.

Un paiement de deux euros qui cache un abonnement à 65 euros par mois

Le site vers lequel renvoie la publicité cumule les fautes d’orthographe et les approximations de traduction.

“Vous êtes l’une des personne qui sera autoriser à tester notre nouvelle marque Disney+ sur demande. Parce qu’à cause de la loi n’est pas permis d’offrir des services gratuits, nous allons vous demander un prix symbolique de 2 euros.” “Est-ce que vous êtes d’accord pour payer une somme de 2 euros pour nous aider à tester et improuver nos services avant qu’on le partage avec le reste du monde?”
Capture d'écran du site internet frauduleux
Capture d'écran du site internet frauduleux © BFMTV.com

Une fois le premier formulaire rempli, une seconde page incite à procéder à un paiement, moyennant le partage de ses informations bancaires. Ces dernières sont susceptibles d’être utilisées à des fins malveillantes, pouvant faire perdre bien davantage que les deux euros initialement réclamés.

Mais il s'agit surtout d'une arnaque à l'abonnement.

Le site précise en petits caractères que l'offre "s'accompagne d'une période d'essai de six jours" au terme de laquelle "les mensualités d'abonnement (65 euros) seront automatiquement prélevées (...) jusqu'à annulation". 

Selon la plateforme DomainBigData, l'adresse IP est localisée en Islande et le nom de domaine est enregistré aux Bahamas avec une date de création fixée au 23 décembre 2019. Impossible d'en savoir plus sur le propriétaire du site internet qui a pris soin de masquer son identité. 

Des failles récurrentes 

Comme l’indique la bibliothèque publicitaire de Facebook France, la campagne a été lancée le 30 décembre 2019 par une page créée deux jours plus tôt. L’arnaque est promue sur Facebook, mais également sur Messenger, son service de messagerie instantanée, ainsi que sur sa filiale Instagram. Ce jeudi 2 janvier 2020, la campagne était toujours active. Le site revendique avoir déjà enregistré 284 candidatures de beta-testeurs et leur nombre a augmenté au cours de l'écriture de cet article. Il était pourtant précisé que la promotion expirait le 31 décembre 2019.

Sur Facebook comme sur de nombreux réseaux sociaux, les publicités sont diffusées sans vérification manuelle, avec les imperfections que cela comporte. Cela se matérialise par l’apparition récurrente d’arnaques, pouvant mettre l’accent sur des articles de mode, comme sur des investissements douteux.

Pauline Dumonteil et Raphaël Grably