BFM Business

Covid-19: Facebook interdit désormais d’affirmer que le vaccin contient des micropuces

Montage (BFMTV)

Montage (BFMTV) - BFMTV

Le réseau social précise ses conditions d’utilisation afin de combattre les fausses informations et ceux qui dissuadent la population de se faire vacciner contre le Covid-19.

Chez Facebook, la lutte contre les fausses informations prend une nouvelle ampleur avec l’arrivée des premiers vaccins contre le Covid-19. En dehors des questions légitimes que peuvent se poser les internautes, la plateforme voit fleurir de nombreuses théories conspirationnistes, évoquant notamment la présence de micropuces ou nanoparticules dans les vaccins. Ces contenus ont désormais vocation à être supprimés, annonce l’entreprise, sur Facebook comme sur la plateforme Instagram dont elle est la maison-mère.

12 millions de contenus supprimés

“Aujourd’hui, compte tenu des récentes nouvelles selon lesquelles des vaccins contre la Covid-19 seront bientôt disponibles dans le monde entier, Facebook annonce commencer dans les prochaines semaines à supprimer les fausses allégations concernant ces vaccins qui auront été démenties par les experts de la santé publique sur Facebook et Instagram” explique l'entreprise, qui précise avoir supprimé 12 millions de contenus mensongers concernant la pandémie entre mars et octobre 2020.

Aux yeux de Facebook, des publications mensongères au sujet du Covid-19 sont en effet susceptibles “d’entraîner des dommages physiques imminents”.

Dorénavant, Facebook interdira toute publication inventant de toutes pièces des composants qui ne figurent pas “sur la liste officielle des ingrédients des vaccins”, au même titre que les “fausses allégations sur la sécurité, l'efficacité, les ingrédients ou les effets secondaires des vaccins”.

“Facebook supprimera les fausses affirmations selon lesquelles les vaccins Covid-19 contiennent des micropuces” précise l’entreprise. “Facebook supprimera également les théories conspirationnistes concernant les vaccins Covid-19 connues aujourd'hui pour être fausses: comme par exemple celles indiquant que des populations spécifiques étaient utilisées sans leur consentement pour tester l’innocuité du vaccin.” ajoute-t-elle.

En octobre, Facebook avait déjà annoncé refuser toute publicité décourageant ses utilisateurs de se faire vacciner.

Début novembre, la candidate de télé-réalité Sophie Laune (ayant adopté le pseudonyme Kim Glow), suivi par un million d’abonnés sur Instagram, avait publié une vidéo mentionnant l’injection de nanoparticules par les vaccins “fonctionnant avec la 5G”. Des propos qui n’avaient alors fait l’objet d’aucune modération par la plateforme et qui devraient donc désormais être modérés.

Mise à jour du 08/12/2020 à 14h30: une première version de cet article évoquait l'interdiction de la mention de "nanoparticules" dans les vaccins. Dans un souci de clarté, a été retenu l'exemple des "micropuces", mis en avant par Facebook. Tout autre élément qui ne figure pas sur la liste officielle des composants des vaccins est concerné, selon le réseau social.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech