BFM Business

Covid-19: Blanquer dénonce une cyberattaque contre la plateforme "Ma Classe à la Maison"

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, le 12 novembre 2020

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, le 12 novembre 2020 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

De nombreuses pannes touchent les différentes plateformes numériques mises en place par les régions et l'Education nationale. Jean-Michel Blanquer évoque une attaque informatique visant le CNED.

Des élèves, parents d'élèves et enseignants se retrouvent démunis ce mardi 6 avril face aux différents outils numériques créés à des fins pédagogiques par l'Éducation nationale. Comme ce fut le cas le 16 mars 2020, lors du premier confinement, de multiples pannes touchent les espaces numériques de travail (ENT) ou encore les outils de visioconférence, indispensables pour la poursuite de l'enseignement à distance.

Attaque "venue de l'étranger"

En déplacement ce mardi matin, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué la situation du site "Ma classe à la maison", qui regroupe trois plateformes pédagogiques (pour les écoliers, les collégiens et les lycéens) créées par le Centre national d’enseignement à distance (Cned). Selon le ministre, elles sont ce matin visées par une cyberattaque nuisant à leur fonctionnement.

"Vous avez des attaques informatiques. C'est le cas de ce qu'il se passe pour le Cned ce matin où vous avez des attaques informatiques, apparemment venues de l'étranger pour (...) empêcher les serveurs de fonctionner. Le travail technique est en train d'être fait pour rétablir cela. Fort heureusement, cela ne touche pas tout le monde partout", a détaillé Jean-Michel Blanquer.

Le Cned a déjà été victime d'une vaste cyberattaque lors du premier confinement, en avril 2020, comme le révélait Challenges. Il s'agissait alors d'une attaque "par déni de service", qui consiste pour les assaillants à saturer les serveurs avec de multiples tentatives de connexion simultanées.

Le ministère de l'Éducation nationale a confirmé que l'attaque de ce 6 avril est de la même nature, évoquant dans un communiqué de presse "plusieurs attaques de type DDoS simultanées sur les serveurs".

La saturation des serveurs semble également être à l'origine des pannes liées aux ENT, notamment dans la région Centre-Val de Loire, ou de la mise en place de files d'attente virtuelles en Île-de-France. Avec cette fois une origine liée au sous-dimensionnement des serveurs par rapport à l'afflux de connexions en ce premier jour d'école à la maison.

Jean-Michel Blanquer a évoqué, "d'après les premiers éléments" dont il dispose les difficultés d'un "opérateur privé" - OVH - "qui a eu un incendie à Strasbourg il y a quelques temps et qui n'a donc pas pu faire face à l'afflux de connexions ce matin". Un scénario vivement démenti par OVH Cloud.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech