BFM Business

Black Friday: des activistes manifestent devant le siège social d'Amazon France près de Paris

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées vendredi matin devant le siège français d'Amazon à Clichy (Hauts-de-Seine), en banlieue de Paris.

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées vendredi matin devant le siège français d'Amazon à Clichy (Hauts-de-Seine), en banlieue de Paris. - capture BFMTV

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées à l'appel d'Attac et de Greenpeace ce vendredi matin devant le siège français d'Amazon à Clichy (Hauts-de-Seine), près de de Paris. Ils dénoncent, à l'occasion du Black Friday, la surconsommation et ses conséquences écologiques. Un entrepôt près de Lyon est aussi bloqué.

Les implantations françaises d'Amazon continuent d'être la cible de manifestations d'activistes dénonçant la surconsommation et son impact environnemental à l'occasion des promotions commerciales du Black Friday.

Réunis notamment à l'appel d'Attac et Greenpeace pour cette action présentée comme "non violente et joyeuse" des manifestants ont déroulé ce vendredi, devant le siège social francilien d'Amazon à Clichy (Hauts-de-Seine), des banderoles hostiles au géant de l'e-commerce avant de s'assoir devant les bureaux de l'entreprise aux cris de : "On dit stop au Black Friday et son impunité!".

Parallèlement, près de 200 activistes bloquent depuis 7h du matin un site d'Amazon à Saint-Priest (Rhône), près de Lyon. Les deux points d'entrée de l'entrepôt sont bloqués par des dizaines d'opposants au Black Friday, cette journée de promotion avant Noël. 

"Aujourd'hui Amazon a les émissions de gaz à effet de serre d'un État", a dénoncé sur place Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France. "On a besoin plus que jamais d'actions de désobéissance civile car Amazon est un symbole d'impunité", notamment fiscale, a estimé l'eurodéputée LFI Manon Aubry, présente à ses côtés de même que la députée LFI Clémentine Autain.

Hier, jeudi 28 novembre, plusieurs dizaines de militants de mouvements écologistes avaient brièvement bloqué un centre de distribution d'Amazon de la région parisienne pour dénoncer aussi les atteintes à l'environnement liées à la surconsommation. Ils avaient été délogés après environ deux heures d'action par les forces de l'ordre, qui n'ont pas fait usage de gaz lacrymogène. Huit personnes ont été interpellées pour "entrave à la circulation", a-t-on indiqué de source policière.

dossier :

Black Friday

Frédéric Bergé avec AFP