BFM Business

Amazon s'attaque aux groupes Facebook dédiés aux faux avis "certifiés"

Le géant du e-commerce croule sous les faux avis. En cause, selon lui, les réseaux sociaux, dont les contrôles trop peu rigoureux laissent une grande marge de manoeuvre aux fabricants frauduleux.

La lutte contre les faux avis s'intensifie chez Amazon, qui peine à s'en sortir. Le nombre d'utilisateurs publiant de faux avis sur Amazon a augmenté durant la pandémie, portant à 42 % le nombre de commentaires non-fiables sur les 720 millions étudiés (contre 36 % l'année dernière), d'après une analyse de la plateforme FakeSpot.

Pourtant, l'entreprise n'est pas en reste lorsqu'il s'agit de déployer les grands moyens: près de 500 millions de dollars ont été déboursés dans la lutte contre les faux avis.
Le géant du e-commerce cherche donc une nouvelle source à ses maux, et pointe du doigt les réseaux sociaux dans un communiqué publié ce 17 juin.

Facebook, piège à nouvelles recrues

L'entreprise accuse ces derniers de "saper" ses efforts dans la lutte contre les faux avis. Si Amazon ne nomme pas directement Facebook, l'allusion aux "groupes" (fonction propre à la plateforme) ne laisse que peu de place au doute. Dans une enquête réalisée par BFM Tech en 2018, on découvre la facilité avec laquelle on peut se faire recruter par des fabricants.

En à peine quelques clics, on trouve pléthore de groupes Facebook dédiés à ces fraudes. Le fabricant frauduleux va attirer l'internaute avec un produit gratuit, sous réserve de lui attribuer une note de cinq étoiles par le biais d'un avis dit "vérifié". Ces groupes peuvent fédérer plusieurs dizaines de milliers de personnes, et tout autant d'avis (trop) positifs pour des produits souvent de mauvaise qualité.

L'entreprise de Jeff Bezos explique, dans le communiqué, avoir régulièrement recours à des signalements de groupes de ce genre sur les réseaux sociaux. "Dans les trois premiers mois de 2020, nous avons signalé plus de 300 groupes. [...] Sur la même période en 2021, c'était plus de 1.000" précise Amazon.

Un travail commun "nécessaire"

Si les délais de désactivation après le signalement ont été considérablement raccourcis, passant de 45 à 5 jours, Amazon encourage les plateformes sociales à durcir leurs contrôles.

"Protéger les clients nécessite que nous travaillons en coopération, pour que nous mettions à profit nos connaissances uniques, soyons alliés, et arrêtions les tentatives de fraudes et de faux avis avant que cela n'ait un impact sur nos clients", précise le communiqué d'Amazon.

Sur les fabricants frauduleux en eux-mêmes, Amazon annonce avoir intenté de nombreuses actions en justice.

Victoria Beurnez