BFM Business

Le e-commerce, la grande menace pour les banques

En acquérant Xoom, PayPal récupère 1,7 millions de clients basés aux Etats-Unis, qui ont transféré 7 milliards de dollars sur les 12 derniers mois

En acquérant Xoom, PayPal récupère 1,7 millions de clients basés aux Etats-Unis, qui ont transféré 7 milliards de dollars sur les 12 derniers mois - Joe Raedel-Getty Images North America-AFP

[AVIS D'EXPERT] Alors que néobanque américaine Square fait maintenant partie du Google Merchant Center, Guillaume Alméras fondateur du site de veille et de conseils Score Advisor, estime que les banques traditionnelles devraient s'inquiéter que ces nouveaux acteurs s'emparent de toutes une palette de services. Analyse.

L’annonce est passée pratiquement inaperçue: la néobanque américaine Square vient d’intégrer le Google Merchant Center. Pour Square qui sert prioritairement une clientèle de commerces et de petites entreprises, cela permettra à ses clients d’y faire connaitre gratuitement leurs produits avec une forte visibilité. Or, loin d’être anecdotique, cette annonce a, si l’on regarde bien, de quoi fortement inquiéter les établissements bancaires traditionnels.

Pourquoi Square, en effet, a-t-elle ainsi été particulièrement choisie, en même temps que Shopify? Il serait très restrictif de n’y voir qu’une simple proximité d’esprit entre acteurs de la Silicon Valley. Sur Forbes, l’observateur des évolutions bancaires Ron Shevlin souligne plutôt que la guerre entre les plus grandes plateformes de e-commerce vient juste de commencer et qu’elle va se jouer autour d’une thématique centrale: l’intégration des services, pour les commerçants comme pour les acheteurs. A ce titre, Ron Shevlin produit ce récapitulatif:

Ron Shevlin produit ce récapitulatif
Ron Shevlin produit ce récapitulatif © DR

Pour les plateformes de e-commerces et leurs partenaires, l’enjeu n’est pas de fournir aux vendeurs une simple place de marché mais tout un ensemble de services: mise en marché, ventes, paiements mais aussi comptabilité, gestion des ressources humaines, dépôts et financements.

La guerre ne fait que commencer

Cette liste n’est pas exhaustive et bien d’autres services peuvent encore y être ajoutés mais, comme le montre le tableau, avec Square et Shopify, Google a choisi les deux acteurs qui proposent à ce stade l’accompagnement des commerces le plus intégré.

Sachant que, comme nous l’avons dit, la guerre ne fait que commencer. Lors de son dernier Investor Day, Paypal a produit ce graphique qui annonce quel niveau d’intégration il vise en matière de e-commerce, tant pour les vendeurs que pour les acheteurs:

Paypal
Paypal © Paypal

Or, si le e-commerce devient de plus en plus dominant – ce qui est le sens de l’histoire – et s’il se développe ainsi autour d’une chaine de prestations, tous les services adjacents, dont les services financiers, devront également fonctionner de manière intégrée. Les crédits, les solutions d’épargne et de dépôt, ainsi que les services de paiement devront notamment être immédiatement et directement calés sur les ventes et l’activité en ligne. Autant dire qu’avec leurs formules d’escompte commercial pachydermiques, leurs crédits affectés et garantis, avec leur scoring fondé sur les documents comptables et la valeur patrimoniale des entreprises, les banques n’y trouveront pas facilement leur place! Sinon à racheter par blocs titrisés les financements pour en supporter les risques, lesquels représentent la grande incertitude dans tous ces schémas d’intégration. En quoi, on aura donc toujours besoin des banques. Mais en arrière-plan. La relation client leur échappant et les services financiers pouvant parfaitement être distribués par d’autres acteurs.

C’est pourquoi l’exemple de Square devrait inquiéter les banques. La problématique n’est pas exactement nouvelle et, fin 2019, plusieurs établissements avaient commencé à parer la menace – nous l’avions notamment souligné dans ces colonnes à propos de l’approche du scoring crédit. La banque des usages, visant l’intégration des services, prenait forme. Mais depuis? La crise sanitaire a paralysé de trop nombreuses initiatives. Tout en les rendant pourtant de plus en plus urgentes face au développement du e-commerce que la crise a également accéléré.

Guillaume Alméras, fondateur du site de veille et de conseils Score Advisor