BFM Lyon

Une entreprise lyonnaise remplit ses carnets de commande grâce à ses masques transparents

L'entreprise Odiora s'est mise à fabriquer des masques transparents, particulièrement utiles pour les sourds et malentendants. Ses carnets de commande sont pleins.

Jetables ou en tissu, les masques sont un frein à la communication pour les personnes sourdes et malentendantes. Dans cette logique, la société lyonnaise Odiora, spécialisée dans la confection de bijoux pour appareils auditifs, s'est mise à la création de masques transparents permettant la lecture sur les lèvres.

C'est une simple bande de plastique PVC placée au niveau de la bouche qui contribue à faciliter la communication des malentendants. Odiora a travaillé deux mois sur la conception de ce masque, pour le rendre conforme aux exigences sanitaires.

"C'est un masque confectionné à partir d'un assemblage de tissus de trois couches validé par la Direction générale de l'armement (DGA) pour sa filtration et sa respirabilité, jusqu'à 50 lavages", explique à BFM Lyon Bruno Savage, le directeur de l'entreprise.

Les malentendants "oubliés"

L'idée naît au début du confinement, grâce à Nathalie Birault, la fondatrice d'Odiora, elle-même malentendante. Après s'être faite implanter un appareil auditif en 2015, elle décide d'aider les personnes qui sont dans sa situation. D'abord en créant des bijoux adaptés pour prothèse auditive et aujourd'hui avec ces masques qui permettent de lire sur les lèvres.

"La crise a fait qu'on a eu besoin d'aller très vite, et de protéger tout le monde avec un masque opaque. Mais on a complètement oublié les malentendants qui se reposent sur la lecture labiale", regrette Nathalie.

Rupture de stock

"Mais finalement, ce n'est pas que les malentendants qui sont concernés, c'est tout le monde. 70 % de la communication passe par le visuel", insiste l'entrepreneuse.

Depuis la commercialisation des masques en mai, les demandes ont explosé. Les masques qui coûtent entre 13 et 15 euros, sont en rupture de stock. Odiora cherche déjà de nouveaux ateliers de production dans la région lyonnaise.

Jérémy Losio Journaliste BFMTV