BFM Lyon

Métropole de Lyon: Bruno Bernard est "favorable" à la légalisation du cannabis

Dans un contexte de tension sur les questions de sécurité, l'élu écologiste a estimé ce mardi qu'une telle mesure pourrait permettre de rediriger les forces de police vers d'autres interventions, de dégager des "recettes" et notamment de financer la prévention.

"On voit bien qu'il y a un gros problème de sécurité." C'est le constat sans détour que tire Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, à partir des faits qui ont rythmé l'actualité de l'agglomération ces dernières semaines, entre rodéos urbains, attaques et tags contre des policiers. Pour l'élu écologiste, la légalisation du cannabis pourrait être un outil de lutte contre l'insécurité.

Bruno Bernard s'y est dit "favorable" ce mardi sur BFM Lyon, "notamment pour que les forces de police et de justice puissent se consacrer à l'essentiel et pour qu'on ait parallèlement une politique de prévention efficace contre le cannabis."

"On a besoin de dégager des marges financières (...) Ça fera des recettes aussi pour développer la sécurité et puis pour transformer nos quartiers, argue l'élu écologiste. On ne peut pas accepter qu'une partie des quartiers vivent de la drogue et du cannabis." Et d'ajouter: "Il faudra parallèlement durcir notre politique de répression sur les drogues".

"Des années qu'on dit la même chose"

La légalisation du cannabis est à intégrer dans un socle de "nouvelles mesures". "Ça fait des années qu'on dit la même chose" sur la sécurité, a-t-il lancé, taclant notamment les élus de droite. "Il n'y a pas de solution miracle mais il y a un travail de fond", estime Bruno Bernard.

Le renforcement des effectifs de police va dans le bon sens, selon le président de la Métropole. "On a obtenu des forces de police supplémentaires: 300 sur trois ans, a-t-il rappelé. Ça rattrape ce qu'on a perdu sous Sarkozy."

Si la sécurité n'est pas un prérogative propre à la Métropole, Bruno Bernard estime toutefois qu'elle peut remplir un rôle sur la question de la prévention. "Je vais notamment ouvrir des champs de réflexion pour intervenir auprès des collégiens", a-t-il indiqué. Dans le but, espère-t-il, de prévenir et pas seulement de sanctionner.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions