BFM Lyon
Lyon

Lyon: la présence de Salah Hamouri à une table ronde sur les accords d'Oslo critiquée, la Ville se justifie

Le militant et avocat franco-palestinien Salah Hamouri, le 20 janvier 2023 à Paris

Le militant et avocat franco-palestinien Salah Hamouri, le 20 janvier 2023 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP

La présence de ce dernier dérange la Région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que certains élus locaux.

Une table ronde pour célébrer les 30 ans des accords d'Oslo. Avec "Regards sur la Palestine", organisée le 1er février prochain, la ville de Lyon souhaite "évoquer la situation dans les territoires palestiniens". À cette occasion, la municipalité convie des universitaires, des experts indépendants auprès des Nations Unies, des représentations associatifs, mais aussi l'avocat franco-palestinien, Salah Hamouri.

"Dans le cadre de cette table ronde, Salah Hamouri, avocat franco-palestinien et défenseur des droits humains, viendra témoigner sur ses conditions de détention, dénoncées par de nombreuses ONG et représentants français", écrit la ville de Lyon, dans un communiqué de presse, ce mardi.

Les accords d'Oslo ont été signés à la Maison Blanche par l'Autorité palestinienne et l'Etat hébreu en 1993. Ils consistent à définir un processus d'autonomie pour les territoires occupés.

"Indignité"

La présence de ce dernier, notamment emprisonné entre 2005 et 2011 pour participation à la tentative d'assassinat de l'ex-grand rabbin d'Israël et expulsé vers la France en décembre dernier, dérange, à commencer par la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

"Le maire de Lyon a notamment souhaité associer Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, condamné par la justice israélienne, suspecté d’avoir voulu assassiner un rabbin et accusé d’être proche de l’organisation terroriste Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), à ce débat", déclare-t-elle, dans un communiqué.

De son côté, Pierre Oliver, maire du 2e arrondissement de Lyon, pointe du doigt "l'indignité" de la mairie lyonnaise dirigée par les écologistes.

"Le masque écologiste tombe pour laisser place au véritable visage de cette majorité municipale, celui de l’indignité. Encore une provocation pour salir les Lyonnais au lieu de veiller à les rassembler".

Anne-Sophie Sebban-Bécache, directrice de l'American Jewish Committee Paris, dénonce un "scandale absolu". "Faut-il rappeler à la ville de Lyon qui est Salah Hamouri, condamné par la justice israélienne pour tentative d'attentat contre le grand rabbin d'Israël et liens avérés avec l'organisation terroriste FPLP reconnue comme telle par l'UE?", écrit-elle, sur son compte Twitter.

"Discernement et hauteur de vue"

Pour la région, ces 30 ans des accords d'Oslo devraient être un "moment de rassemblement organisé dans une démarche commune". Mais la région déplore l'exclusion des "voix d'Israël".

"Cette célébration ne doit pas contribuer à renforcer les divisions, complète-t-elle. Notre attachement commun aux valeurs républicaines doit inciter le maire de Lyon aux plus grandes précautions quand il s’agit d’aborder ces sujets, qui imposent discernement et hauteur de vue."

De son côté, la ville de Lyon s'est justifiée concernant l'invitation de Salah Hamouri et rappelle que la diplomatie française l'a défendu lors de son expulsion. "Le 18 décembre 2022, le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères a d’ailleurs condamné la décision d’expulsion prise à son encontre par l’Etat d’Israël, la considérant contraire au droit", souligne le communiqué de la ville.

"La ville de Lyon a bien conscience que ce sujet peut parfois susciter de vives émotions, ajoute-t-elle, ce mercredi soir. La question de la situation des prisonniers politiques est un sujet important sur lequel de nombreux experts et associations travaillent depuis des années. Quelques-uns d’entre eux, reconnus dans le milieu universitaire pour leurs travaux, ont ainsi été invités par la ville de Lyon."

Un déplacement en Israël, dans les prochains mois

Elle fait également savoir que le maire s'est entretenu longuement avec plusieurs instances ou associations représentatives de la communauté juive.

"Soucieux de respecter les sensibilités de tous et toutes et de préserver l’écoute de chacune et de chacun, il leur a proposé de convier autour de la table un spécialiste, expert ou représentant indépendant, de leur choix, qui pourra apporter un éclairage complémentaire sur les 'territoires palestiniens'",

Une délégation se rendra en déplacement en Israël dans les prochains mois.

S. B.