BFM Lyon

Fermeture anticipée des bars, jauges d’accueil… le maire de Lyon plaide pour des “ajustements”

Grégory Doucet ce mercredi au Palais des sports de Lyon.

Grégory Doucet ce mercredi au Palais des sports de Lyon. - BFM Lyon

Le maire de Lyon estime que la ville "a les capacités pour répondre à l'épidémie" mais appelle à responsabiliser les habitants plutôt que de renforcer les restrictions déjà en place.

"Sans cesse accroître la contrainte n'est pas toujours la bonne pédagogie". En visite ce mercredi au centre de dépistage installé dans le Palais des sports, le maire de Lyon invite à "faire confiance" aux Lyonnais. "Si on continue à faire fonctionner nos atouts, on a les capacités pour la maîtriser cette épidémie", estime Grégory Doucet, insistant sur l'importance du respect des gestes barrières.

A l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre à Matignon, le maire de Lyon avait réclamé l'assouplissement de certaines mesures sanitaires. Près d'une semaine après, il persiste, appelant à des "ajustements" notamment sur la jauge limitée à 1000 personnes pour les grands événements. "1000 personnes ici au Palais des sports, ce n'est pas la même chose qu'au stade Gerland ou à Décines, on n'est pas du tout dans le même contexte", juge-t-il.

"On devrait pouvoir considérer la jauge aussi en pourcentage de l'espace disponible, puisque ce qui est important c'est de garder une distance physique entre nous. Dans un stade de plusieurs milliers de places, n'y mettre que 1000 personnes, j'avoue que je ne comprends pas bien la logique", ajoute-t-il.

Concernant les grands événements, Grégory Doucet estime qu'il est encore possible de maintenir la Fête des Lumières ou encore la Vogue des marrons. "C'est mon pari (...). J'espère qu'on aura de la part du gouvernement et de la préfecture la possibilité d'organiser toutes ces manifestations", lance-t-il.

Les patrons de bars doivent être "des alliés"

Au sujet de la fermeture des bars à 22h, l'élu fait part de son scepticisme estimant que les patrons de bar et restaurateurs devraient plutôt être considérés comme "des alliés".

"Dans un bar, vous avez le patron ou la patronne qui peut réguler, rappeler les consignes, obliger les gens à se distancier. Là, plus personne n'a le contrôle, on ne va pas mettre un policier derrière chaque Lyonnaise ou chaque Lyonnais", poursuit-il encore.

Face à l'épidémie qui progresse encore dans la métropole lyonnaise, le maire de Lyon appelle à ce que chacun se prenne en charge. "Faisons confiance, responsabilisons. Si on ne fait pas appel à ce sens des responsabilités, on ne gagnera pas face à cette épidémie", ajoute-t-il encore.

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions