BFM Business

Vêtements, électronique.... Les Français font chauffer (toujours plus) la carte bancaire

La consommation se maintient en juin.

La consommation se maintient en juin. - Pexels

Après des hausses de 16 et 13%, les paiements par carte ont bondi de 19% sur la deuxième semaine de juin.

Les Français semblent insatiables. Depuis le déconfinement, les dépenses de consommation sont en forte hausse et continuent d'accélérer en juin. Alors que les achats par carte bancaire avaient progressé de 16% la dernière semaine de mai et de 13% début juin, elles ont bondi de 19% sur la semaine du 7 au 13 juin par rapport à la semaine équivalente en 2019, selon des données communiquées par le Ministère de l'Economie.

Et l'accélération est particulièrement forte dans les commerces physiques. Les ventes y ont progressé de 18% (après +9 % et +13 % les deux semaines précédentes).

Ce sont les produits électroniques qui profitent le plus de cet engouement.

"Les dépenses en biens électroniques, électriques et informatiques sont toujours nettement supérieures à leur niveau d’il y a deux ans (de plus de 40%) bien qu’elles diminuent légèrement par rapport à la semaine précédente, indique-t-on du côté de Bercy. Le rebond des dépenses dans l’habillement-textile poursuit son essoufflement, mais elles restent bien au-dessus de leur niveau d’il y a deux ans (+33% après +70 % dans les premiers jours de réouverture et +50% la semaine suivante)."

Les loisirs ont bénéficié de leur côté de l'assouplissement des restrictions notamment pour les restaurants qui peuvent désormais accueillir des clients en salle.

Ainsi, les dépenses dans la restauration ont progressé de 11% sur la deuxième semaine de juin par rapport à 2019 et de 8% dans l'hébergement. Ce qui n'était pas le cas la première semaine de juin où ces dépenses étaient toujours en retrait par rapport aux semaines pré-crise.

Engouement plus mesuré dans le tourisme

Les activités récréatives, arts et spectacles repassent également nettement au-dessus de leur niveau de 2019 (+15%).

"Même dans les secteurs qui restent déprimés comme le transport de voyageurs, les parcs d’attractions et expositions touristiques ou les théâtres, l’activité s’inscrit en hausse marquée", assure Bercy sans donner de chiffrage.

Dans le tourisme, l'activité repart aussi même si les Français semblent encore attentistes. Sur la semaine du 9 au 13 juin le taux d’occupation moyen de l’hôtellerie française est remonté à 48% selon MKG Consulting contre 42% pendant la première étape du déconfinement (du 19 mai au 9 juin) et 32% du 1er au 18 mai, alors que la France était encore confinée.

L'Ile-de-France reste en retrait par rapport aux autres régions avec un taux de remplissage d'à peine 36% lors de cette deuxième semaine de juin. Elle reste loin des Pays de la Loire (58% depuis le 9 juin), la Bretagne (57%), le Centre-Val-de-Loire (54%), la Nouvelle-Aquitaine (54%) et la Normandie (52%).

"Les réservations pour l’été se sont accélérées avec chaque étape de réouverture, même si la visibilité des établissements reste limitée car actuellement les 2/3 des réservations sont prises moins d’une semaine avant le séjour, analyse Bercy. Le niveau de l’activité hôtelière de l’été 2020 devrait être largement dépassé."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco