BFM Business

Vente en ligne: Bruno Le Maire appelle à la responsabilité les influenceurs

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 5 janvier 2021 à Paris

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 5 janvier 2021 à Paris - ERIC PIERMONT © 2019 AFP

Dans une vidéo postée sur Twitter, le ministre de l'Economie a incité les consommateurs à signaler d'éventuelles arnaques de vente en ligne sur un site dédié.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé mercredi les influenceurs à "faire attention" à leurs recommandations pour que cela "corresponde à la réalité du produit" et a incité les consommateurs à signaler d'éventuelles arnaques de vente en ligne sur un site dédié. "Je voudrais vraiment faire appel à tous les influenceurs qui ont un impact considérable sur la décision d'achat des jeunes", déclare le ministre dans une vidéo postée sur Twitter, à la veille de la présentation du bilan 2020 de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

"Prenez vos responsabilités, faites attention à ce que vous recommandez, faites attention à vos promo flash", poursuit Bruno Le Maire. "Il faut que tout ça corresponde à la réalité du produit". Le ministre invite parallèlement les consommateurs à signaler "toutes les arnaques" dont ils seraient victimes, sur le site internet dédié du gouvernement (signal.conso.gouv.fr), soulignant que le ministère est "totalement décidé (...) à mettre fin (aux) pratiques abusives".

Contre le "dropshipping"

Bruno Le Maire cite en particulier le "dropshipping" qui consiste à mettre en vente un produit que l'on n'a pas encore en stock mais que l'on obtient auprès d'un fournisseur. Cette pratique n'est pas illégale, note le ministre. "En revanche, ce qui est parfaitement illégal, et ce qui est un fléau que nous voulons combattre, c'est de vendre à des clients potentiels, qui souvent d'ailleurs sont des clients jeunes (...), des produits qui ne correspondent pas aux publicités", affirme-t-il. "Ça s'appelle de la publicité mensongère et de la vente mensongère", insiste Bruno Le Maire.

J. Br. avec AFP