BFM Business

Vaccins: l'Europe a-t-elle mieux négocié que les Américains?

Le vaccin a fait l'effet d'une bombe sur les marchés

Le vaccin a fait l'effet d'une bombe sur les marchés - AFP

Les négociations semblent avoir porté ses fruits. Selon Reuters, le prix unitaire du vaccin de Pfizer négocié par les Européens est sensiblement moins élevé que celui obtenu par les Etats-Unis.

"Il n'est pas impossible que nous ayons de meilleurs prix que les Américains parce que nous avons su négocier en groupe". La petite phrase lâchée dans Les Echos par la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher n'est pas anodine. Si personne ne confirmera l'information, couverte par le secret des affaires, les Européens semblent avoir réussi une belle négociation commerciale pour se fournir en vaccins.

Selon Reuters, l'Union européenne a obtenu un prix unitaire de 15,50 euros (18,34 dollars) par dose du vaccin anti-COVID-19 développé par Pfizer et BioNTech quand les Etats-Unis vont l'acquérir au prix de 25 dollars par dose. De la même façon, les Européens devraient payer 10 euros par dose (soit deux euros de moins que le prix annoncé) pour le candidat vaccin de CureVac, une autre biotech allemande qui a reçu des fonds européens pour le développer.

Deux milliards de doses

En réalité, ces baisses de prix s'expliquent aussi par le volume des commandes. Quand les Américains commandent 100 millions de doses du potentiel vaccin BioNtech/Pfizer, les Européens ont pris commande pour le double, avec une option de 100 millions de doses en plus. Les 27 multiplient ainsi les achats : jusqu’à 405 millions de doses auprès de CureVac, affirme Reuters.

"Nous avons six contrats signés ou en passe de l'être" résume aux Echos Agnès Pannier-Runacher. "A part Moderna, qui livrera moins de doses en raison de capacités de production moins massives, chaque contrat porte sur 200 à 300 millions de doses, souvent avec des options pour en acquérir 100 ou 200 millions de plus." Au total, l'UE pourrait commander près de deux milliards de doses.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business