BFM Business

Un bac+5 n'est plus un rempart contre le chômage

40% des jeunes diplômés sont toujours sans emploi un an après leur sortie d'école, selon l'étude publiée par l'Apec, ce jeudi. Et ceux qui trouvent un poste sont moins nombreux à signer un CDI.

Les conditions d'emploi des jeunes très diplômés se dégradent. Plus de CDD, moins de cadres, des salaires en baisse: les jeunes les plus diplômés peinent, eux aussi, à décrocher un premier emploi de qualité, selon l'enquête annuelle de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec).

Au printemps dernier, 62% de la promotion 2014 de niveau Bac+5 ou plus étaient en emploi, 10% cherchaient un emploi après une première expérience professionnelle et 28% cherchaient toujours leur premier emploi.

Le taux d'emploi des diplômés 2014 est quasiment stable par rapport à ceux enregistrés les années précédentes pour les promotions 2012 et 2013 (63%). Il flirte avec le plus bas niveau (61%) enregistré par les diplômés 2009, au début de la crise.

La proportion de cadres en nette baisse

"Les chiffres ne sont pas très bons. Les jeunes diplômés ne profitent pas du rebond des recrutements de cadres", 176.900 prévus en 2015 (+4%), a analysé le directeur général de l'Apec, Jean-Marie Marx, lors d'une conférence de presse.

Il cite plusieurs explications: "Les diplômés sont de plus en plus nombreux, surtout en master", alors que "les entreprises préfèrent recruter des jeunes avec un, deux ou trois ans d'expérience" et privilégient donc "les diplômés de promotions précédentes".

Mais au-delà du taux d'emploi, ce sont surtout les conditions d'emploi qui se détériorent fortement. Seulement 50% des jeunes diplômés en emploi sont en CDI, un indicateur en baisse de 9 points par rapport à l'année précédente. La part de CDD grimpe à 43% (+9 pts). La proportion de cadres est en nette baisse (57%, -5 pts), tirant à la baisse le salaire moyen (26.500 euros bruts annuels, -8%).

De plus en plus de "jobs purement alimentaires"

"En l'état actuel du marché, les jeunes prennent ce qui se présente, ils font plus de concessions que par le passé", selon Jean-Marie Marx. Illustration: 17% des jeunes diplômés en emploi déclarent occuper un "job purement alimentaire". Plus généralement, 35% estiment que leur poste est "en dessous de leurs qualifications".

Mais selon le diplôme ou le secteur, les jeunes diplômés ne sont pas logés à la même enseigne. Les diplômés d'écoles de commerce ou d'ingénieurs sont nettement mieux lotis (71% de taux d'emploi) que les titulaires de masters universitaires (59%) ou de doctorats (57%). Les ressources humaines (70%), la santé (69%) ou l'informatique (68%) offrent plus de débouchés que les sciences humaines (58%), les lettres (56%) ou les sciences fondamentales (51%).

Enquête réalisée par téléphone du 1er avril au 16 mai auprès de 4.750 jeunes, représentatifs des diplômés de niveau Bac+5 et plus sortis de l'enseignement supérieur en 2014, hors études de médecine.

N.G. avec AFP