BFM Business

UE: Valve et cinq éditeurs de jeux-vidéo sanctionnés pour des blocages géographiques

Jeu vidéo, illustration

Jeu vidéo, illustration - Icon

La Commission européenne inflige 7,8 millions d'amende à Valve, propriétaire de la plateforme Steam, Bandai Namco, Capcom, Focus Home, Koch Media et ZeniMax.

L'industrie du jeu-vidéo a du mal à abandonner certaines mauvaises habitudes comme celle de brider l'utilisation de leurs produits en fonction de l'endroit où on se trouve.

Mais cette fois, la Commission européenne a décidé de sévir. Elle vient en effet d'infliger 7,8 millions d'euros d'amendes à Valve qui exploite "Steam", la très populaire plateforme de jeux en streaming pour PC ainsi qu'à quatre éditeurs: Bandai Namco, Capcom, Focus Home, Koch Media et ZeniMax. Cette condamnation fait suite à une enquête ouverte en 2017.

Ils sont condamnés "pour avoir enfreint les règles de l'Union européenne en matière de pratiques anticoncurrentielles".

Concrètement, Valve et les éditeurs ont restreint les ventes transfrontières de certains jeux vidéo sur PC sur la base de la localisation géographique des utilisateurs au sein de l'Espace économique européen, "se livrant ainsi à des pratiques dites de blocage géographique".

Entente

Ils s'étaient mis d'accord pour mettre en place une clé d'activation des jeux qui empêchaient leur utilisation en dehors de certains pays. Ainsi, les utilisateurs situés en dehors d'un État membre désigné ne pouvaient pas activer certains jeux vidéo sur PC à l'aide des clés d'activation Steam", a expliqué la Commission, dans un communiqué.

"La Commission a constaté qu'en convenant bilatéralement de pratiquer le blocage géographique de certains jeux vidéo sur PC en dehors d'un territoire spécifique, Valve et chacun des éditeurs ont cloisonné le marché de l'EEE en violation des règles de l'UE en matière de pratiques anticoncurrentielles", peut-on lire.

"Les pratiques de blocage géographique concernaient une centaine de jeux vidéo sur PC de genres différents, notamment des jeux de sport, de simulation et d'action. Elles ont empêché des consommateurs d'activer des jeux vidéo sur PC vendus par les distributeurs des éditeurs, soit sur des supports physiques, comme des DVD, soit par téléchargement, et d'y jouer", poursuit la Commission.

Les amendes infligées aux éditeurs, d'un montant total de plus de 6 millions d'euros, ont été réduites en raison de la coopération de ces derniers avec la Commission. Focus Home est celui qui est le plus lourdement condamné: 2,9 millions d'euros.

Focus Home est le plus sanctionné

Valve a choisi de ne pas coopérer avec la Commission et s'est vu infliger une amende de plus de 1,6 million d'euros.

"Plus de 50% des Européens âgés de 6 à 64 ans jouent à des jeux vidéo. L'industrie européenne des jeux vidéo a le vent en poupe et pèse actuellement plus de 17 milliards d'euros. Les sanctions adoptées aujourd'hui contre les pratiques de «blocage géographique» de Valve et de cinq éditeurs de jeux vidéo sur PC rappellent qu'en vertu du droit de la concurrence de l'UE, il est interdit aux entreprises de restreindre contractuellement les ventes transfrontières. De telles pratiques privent les consommateurs européens des avantages du marché unique numérique de l'UE et de la possibilité de comparer les prix afin de trouver l'offre qui leur convient le mieux dans l'UE", commente Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business