BFM Business

Thierry Déau (Meridiam): "Nous sommes en capacité d'apporter un investissement massif" à Suez

Thierry Déau, président et fondateur de Meridiam, était l'invité ce mercredi matin de Good Morning Business. Il est revenu sur les engagements de Meridiam suite au rachat de Suez par Veolia.

Le fonds Meridiam aura-t-il les moyens de gérer, en propre, la branche eau de Suez en France, qu'il devrait reprendre après le rachat de Suez par Veolia? Son président et fondateur, Thierry Déau, s'est exprimé ce mercredi matin sur le plateau de Good Morning Business.

Nous avons une valeur de portefeuille de 70 milliards d'euros, sur les quinze ans qu'on a développé, [l'activité eau de Suez en France] ne représente pas quelque chose de non gérable. Nous gérons des services publics, c'est notre communauté de culture ", a tenu à souligner le dirigeant.

Thierry Déau assure que le fonds est à la fois investisseur et opérateur des projets auxquels il participe. "Nous sommes actionnaires pendant 25 ans, souvent les opérateurs industriels ne restent pas forcément 25 ans dans les projets. D'ailleurs l'actionnaire de Suez aujourd'hui n'a été actionnaire que pendant 23 ans (…). Nous sommes des actionnaires engagés, nous investissons. Ce qui est important dans le service public, c'est la qualité – pour l'eau, quand on parle des pollutions nouvelles, des micropollutions, de la sécheresse. Cette ressource a besoin d'investissement".

800 millions d'euros

Aujourd'hui nous sommes en capacité d'apporter un investissement massif, et on prévoit 800 millions d'euros sur la durée des quatre à cinq ans à venir, ce qui est inédit", ajoute-t-il.

"Peu d'investissements sont faits dans l'eau aujourd'hui en France. Si vous avez vu les résultats des assises de l'eau, il faudrait 17 milliards d'euros d'investissements dans les années à venir pour protéger et préserver la ressource eau: le plan de relance ne prévoit que quelques centaines de millions d'euros. Il faut bien que des investisseurs comme Meridiam viennent pour faire cet investissement dans la durée".

J. Br.