BFM Business

Thierry Bolloré touchera encore 2.4 millions d’euros de Renault

Thierry Bolloré

Thierry Bolloré - Fabrice COFFRINI / AFP

L’ancien directeur de Renault a négocié pour son départ un maintient de ses actions. Leur montant exact sera connu l’année prochaine.

L’ex directeur général Thierry Bolloré avait été évincé de Renault en octobre... mais non sans un "accord transactionnel". Cet accord prévoit ainsi le maintien de ses actions de performances au titre de 2017 et 2018. Ses quelque 52.000 actions devaient théoriquement être perdues.

Le montant exact de cette forme d’indemnisation sera connu l’an prochain. Mais si l’on se base sur une action Renault à près de 46 euros au cours de clôture de la Bourse de Paris mardi soir, le montant pourrait s'élever jusqu'à 2,4 millions d'euros.

Bienveillance du conseil d'administration?

"Le conseil a fait preuve d'une certaine mansuétude", juge un associé de la société de conseil aux actionnaires Proxinvest, Charles Pinel. Il faut rappeler que l’ex patron avait refusé de démissionner, un blocage rare dans le milieu des affaires où les hauts dirigeants acceptent généralement de partir contre une indemnisation négociée.

Thierry Bolloré, lui, ne touchera pas d’indemnité de clause de non concurrence. Il a donc le droit de travailler directement pour un groupe concurrent. Et ne pas toucher cette indemnité peut s'avérer intéressante pour celui qui dispose de connaissances sur Renault.

Salaire de 900.000 euros fixes

En attendant un ou une remplaçante, c’est la directrice financière Clotilde Delbos qui assure l'intérim. Sa rémunération annuelle est actuellement alignée sur celle de son prédécesseur, soit 900.000 euros de fixe et jusqu'à 125% de ce montant en variable.

Fanny Guyomard avec AFP