BFM Business

Téléphonie mobile: l'opérateur historique belge évince Huawei

Un autocollant fait la promotion de la 5G dans une boutique Huawei à Pékin, en mai 2020

Un autocollant fait la promotion de la 5G dans une boutique Huawei à Pékin, en mai 2020 - NICOLAS ASFOURI © 2019 AFP

Proximus a choisi Nokia pour moderniser progressivement ses réseaux 2G/3G/4G existants d'ici 2023. Les équipement du coeur de réseau data mobile seront fournis par Ericsson.

L'opérateur historique de télécommunications en Belgique, Proximus, a annoncé vendredi qu'il allait progressivement remplacer ses équipements du groupe chinois Huawei par des produits des fournisseurs finlandais Nokia et suédois Ericsson pour renouveler son réseau mobile. Ce choix intervient alors que les Etats-Unis ont adopté des sanctions contre Huawei qu'ils accusent d'espionnage pour le compte de Pékin.

"Proximus a choisi Nokia pour moderniser progressivement ses réseaux 2G/3G/4G existants d'ici 2023. Parallèlement, Nokia sera un partenaire clé dans le déploiement du réseau 5G", a indiqué Proximus dans un communiqué.

"Pour la partie coeur de réseau data mobile, le choix s'est porté sur Ericsson", a précisé l'opérateur belge qui assure avoir fait son choix "sur la base de critères technologiques, opérationnels, financiers et environnementaux" alors que des observateurs soupçonnent des pressions politiques.

Proximus, qui coopère avec l'opérateur français Orange pour son réseau mobile, revendique le premier et unique réseau 5G public en Belgique, disponible sur 110 sites dans 62 villes. Joint par l'AFP, un porte-parole de Proximus a confirmé que les équipements du groupe chinois Huawei, le fournisseur actuel, seraient complètement remplacés d'ici à fin 2023.

L'UE favorable à l'utilisation de ses propores technologies

Fin septembre, Nokia avait été choisi pour devenir le principal fournisseur du réseau 5G de l'opérateur BT au Royaume-Uni, après que le Premier ministre Boris Johnson eut annoncé qu'il allait bannir le géant chinois Huawei, invoquant un risque pour la sécurité du pays. La décision avait été saluée par les Etats-Unis.

L'Union européenne a récemment exprimé sa préférence pour ses propres technologies dans ce domaine sensible. "Il est plus important que jamais d'assurer un niveau élevé de sécurité lors du déploiement des réseaux de 5G dans l'UE", avait expliqué fin juillet le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton.

Bruxelles abrite le siège de l'Otan et des principales institutions européennes. Actuellement, Huawei, Ericsson et Nokia se partagent 80% des réseaux télécoms commerciaux 5G dans le monde. Mais le groupe chinois est considéré comme le fournisseur le plus avancé.

CC avec AFP