BFM Business

Taxis volants: Uber jette l'éponge

Taxi volant de Joby

Taxi volant de Joby - Joby

Le géant américain qui n'a toujours pas généré le moindre cent de bénéfice dans son histoire et multiplie les cessions.

Le groupe américain Uber, en quête de rentabilité, a annoncé la vente à Joby Aviation de sa division de taxis volants Uber Elevate.

Les conditions financières de l'accord n'ont pas été dévoilées mais comprennent l'investissement par Uber de 75 millions de dollars (environ 62 millions d'euros) dans Joby Aviation, société de Santa Cruz fondée en 2009 et qui compte Toyota parmi ses principaux actionnaires.

Joby Aviation va acquérir le savoir-faire de Uber dont l'objectif affiché était de lancer un réseau de taxis partagés aériens en 2023. Joby pourra offrir sur l'application du groupe les services de ses petits avions électriques à décollage et atterrissage verticaux qu'elle entend opérer à cette date.

Cette cession intervient après celle annoncée lundi d'ATG, la division spécialisée dans les technologies de conduite autonome, vendue par Uber à la start-up Aurora, fondée en 2017 et soutenue par Amazon et Hyundai. Uber investira 400 millions de dollars dans Aurora et en détiendra 26%.

8,5 milliards de dollars de pertes en 2019

Uber a annoncé en novembre une perte trimestrielle de 1,1 milliard de dollars. Avant la pandémie, le groupe de San Francisco prévoyait d'atteindre la rentabilité au dernier trimestre 2020. Son PDG Dara Khosrowshahi table désormais sur de premiers bénéfices en 2021. Rappelons qu'en 2019, le groupe qui n'a jamais généré le moindre centime de bénéfice a perdu la bagatelle de 8,5 milliards de dollars.

La vente d'Uber Elevate va "accélérer l'arrivée sur le marché" des taxis volants, estime le directeur général d'Uber, Dara Khosrowshahi, dans un communiqué commun publié mardi soir.

Les Français plutôt séduits par l'idée de se déplacer en taxi volant

Au delà de l'arrivée d'appareils et l'ouverture de lignes, les consommateurs sont-ils intéressés par ce nouveau moyen de transports? En France, un sondage montre une certaine attente pour les taxis volants automatisés. Une étude réalisée par Carvea Consulting et Opinea révèle que 43% des Français sont prêts à monter à bord d’un drone taxi pour faire un trajet de courte distance.

Cette volonté monte à 51% parmi les hommes et elle est encore plus forte parmi les plus jeunes en affichant 54%, même score qu’auprès des catégories socioprofessionnelles supérieures.

Théoriquement, en 2024 pour les jeux olympiques, une ou deux liaisons de démonstration au départ de l'aéroport de Roissy-CDG, à destination de Disneyland Paris et de Saint-Denis, et de quelques "vertiports" construit par le groupe ADR devront être opérationnelles pour décongestionner Paris.

Olivier Chicheportiche avec AFP