BFM Business

Salaires: les cadres victimes d'une double peine

-

- - Philippe Huguen - AFP

En 2013, selon l'Insee, la rémunération des cadres a diminué de 1,1% si on prend en compte l'inflation. Depuis 2009, leur pouvoir d'achat, avant impôt, a reculé de près de 5%. Et, comme dans le même temps, l'Etat a alourdi leur fiscalité, les sacrifices qu'ils ont dû accepter se révèlent supérieur à la moyenne des autres salariés.

Les salariés français ont globalement vu leur pouvoir d'achat se réduire en 2013. Si l'on en croit les dernières statistiques de l'Insee publiées ce mercredi 16 septembre, le salaire moyen du privé a encore reculé, en tenant compte de l'inflation. Une baisse modeste (0,3%) mais réelle. Le salaire moyen net atteignait voici deux ans 2.202 euros (soit 2.912 euros en brut).

Mais, contrairement à ce que pensent de nombreux Français, les salariés les plus affectés par ce recul ne sont ni les ouvriers, ni les employés, mais les cadres. Ces derniers ont, en effet, vu leur salaire net chuter de 1,1% en 2013 toujours en tenant compte de l'inflation. C'est presque quatre fois plus que la baisse qui a touché l'ensemble des salariés. A 4.072 euros nets (5.439 euros bruts) par mois, ils ne sont certes pas à plaindre mais ils peuvent légitimement considérer que, globalement, leur situation s'est dégradée sur le plan financier.

Une série noire

Ce recul de leur pouvoir d'achat n'est, de surcroît, pas le premier. On peut même parler de série noire. Il s'agit, en effet, de la troisième baisse consécutive de leur pouvoir d'achat depuis 2011. Et à chaque fois, la chute, a été conséquente: -1,5% en 2011, -0,8% en 2012 et, enfin, -1,1% en 2013. Sur trois ans, la baisse cumulée représente ainsi une perte de pouvoir d'achat de 3,4% selon nos calculs réalisés à partir des données de l'Insee. A titre de comparaison, sur trois ans, la baisse de limite à 0,05% pour l'ensemble des salariés du privé.

Et si l'on regarde encore plus en arrière, depuis 2008, c'est-à-dire le début de la crise économique, on s'aperçoit, là encore, que les cadres ont, de loin, payé le plus lourd tribut en termes de pouvoir d'achat. Leur rémunération, en intégrant l'inflation, a, en moyenne, reculé de 4,6% selon nos calculs. Tandis que le salaire moyen de l'ensemble des salariés du privé a augmenté de 1,9% sur la même période.

Pour les cadres, cet indéniable recul du pouvoir d'achat constitue même une double peine, puisqu'ils ont été parmi les premiers touchés par la hausse de la pression fiscale. Du fait, notamment, du gel du barème de l'impôt sur les revenus touchés en 2011 et 2012, leur contribution au budget de l'Etat a été clairement alourdie alors que leur pouvoir d'achat baissait.

La CFE-CGC, le syndicat des cadres, et sa charismatique présidente Carole Couvert, n'ont ainsi eu de cesse d'alerter le gouvernement sur la hausse de la pression fiscale touchant les cadres. 83% des adhérents du syndicat affirmait, il y a un an, avoir vu ses impôts augmenter, selon une enquête menée par la confédération.

La faute aux bonus

Mais comment expliquer cette baisse du pouvoir d'achat des cadres? Tout d'abord, de tous les salariés des entreprises privées, ces derniers sont ceux dont la rémunération dépend le plus de performances liées à leur savoir-faire mais aussi à la conjoncture économique. La part variable de leur salaire peut donc baisser d'une année sur l'autre. Or la mauvaise santé de certains secteurs, comme la finance ou l'immobilier (dans ces deux secteurs, leur rémunération a baissé respectivement de 4,6% et 3,9% en 2008) a tiré vers le bas ces compléments de rémunération. Cela a été le cas en 2008 et 2009, juste après la crise. Ce type de raisonnement vaut également, plus récemment, pour les activités scientifiques et de services administratifs (20% des cadres) dont les rémunérations se sont effondrées en 2013 (-2,3%).

Autre élément d'explication: la hausse du forfait social, payé par l'employeur, sur l'épargne salariale. L'exécutif avait décidé en août 2012 de faire passer de 8 à 20% ce forfait. Une mesure qui avait, par exemple, amené Dassault Aviation à dénoncer son accord de participation avec ses salariés. Depuis Manuel Valls est, l'an passé, revenu sur cette mesure, qui avait provoqué l'ire du patronat.

Les salaires des cadres VS l'ensemble des salaires du privé

Cadres

2008:-0,7%

2009:-1,6%

2010:+1,0%

2011:-1,5%

2012:-0,8%

2013:-1,1%

Ensemble des employés du privé

2008:+0,7%

2009:+1,2%

2010:+0,5%

2011:0,2%

2012:-0,4%

2013:-0,3%

Source: Insee