BFM Business

Marketing digital : sans management ne veut pas dire sans méthode !

[CONTENU PARTENAIRE] Le marketing digital permet d’accélérer l’acquisition clients en augmentant le trafic qualifié sur son site. Dans ce domaine de conseil, l’expertise et la méthodologie de travail sont des facteurs clés de succès. Nous avons échangé avec Baptiste Lefranc-Morin, co-fondateur de Spark, jeune agence conseil en marketing digital qui se développe très rapidement grâce à des méthodes nouvelles d’organisation sans management mais pas sans excellence !

Quels sont les défis du marketing digital ?

Le premier défi est celui de l’évolution des plateformes qui tendent à « faciliter » leur utilisation, notamment avec des stratégies d’enchères automatiques ou de l’aide dans la rédaction d’annonces. L’objectif assumé de Google ou Facebook est de convertir des petits et moyens annonceurs qui pourraient être freinés par la complexité de leur outil. Si certaines innovations sont bénéfiques à la majorité des annonceurs, il faut veiller à garder un regard critique et ne pas prendre pour argent comptant toutes leurs recommandations.

Le deuxième défi porte sur l’aspect créatif, devenu l’élément central de la performance des campagnes sur Facebook Ads et les autres réseaux sociaux. La clé dans la conception des messages est de trouver le subtil équilibre entre la maximisation des indicateurs propres à l’acquisition (taux de clics) et le respect de son image de marque.

Le troisième défi est de concevoir une stratégie globale et ne pas raisonner de façon cloisonnée. Il existe en effet des synergies et des complémentarités entre les campagnes sur Google Search, Facebook Ads et le référencement naturel sans oublier les campagnes offlines comme la TV par exemple. La difficulté est de trouver le bon équilibre et la bonne articulation entre tous ces leviers.

Quelle est la particularité de votre méthode de travail ?

Nous avons une culture de travail très forte reprenant beaucoup d'éléments du « Lean management », qui repose notamment sur l’amélioration continue et la concentration des efforts sur la valeur apportée aux clients. Concrètement, cette méthode se traduit chez nous par 3 éléments : la forte culture de l'écrit car l’oral est éphémère et non accessible, la culture du « feedback » permanent de tout le monde envers tout le monde et enfin la transparence totale de l’ensemble des informations relatives à Spark. Le manager « traditionnel » qui doit contrôler, former et partager l’information n’a plus sa place dans cette organisation puisque chacun participe au contrôle des opérations (traçabilité des tâches avec l’écrit), à la formation (feedback) et au partage d’information (accessibilité par défaut). Ainsi, notre organisation est « flat », c’est à dire sans manager. Nos clients bénéficient de cette structure grâce à l’amélioration continuelle de nos process et le partage rapide de bonnes pratiques observées sur certains comptes.

Quelles sont vos valeurs chez Spark ?

Notre première valeur de société est la satisfaction client. L'extrême satisfaction de nos clients et les recommandations qui en découlent nous ont permis de passer de 2 personnes à 25 en moins de 2 ans, sans aucun effort marketing ou commercial. Notre deuxième valeur est la responsabilité de chacun aux projets qui lui sont attribués. Cela suppose de définir un périmètre clair pour chaque employé avec un très haut degré d’autonomie.

De quel projet êtes-vous le plus fier ?

Nous sommes fiers de tous nos projets ! Nous travaillons notamment avec les 3 Suisses, Quitoque, l’Edhec… Mais puisqu’il ne faut qu’en citer un, je pense à l’entreprise Le Slip Français. Dans cette start-up déjà très avancée en matière de marketing digital, nous devions apporter en plus d’une exécution sans faille une réelle dimension stratégique : comment définir l’allocation de budgets ? Quelle part allouer aux campagnes de remarketing ? Cela a été rendu possible grâce à la qualité de nos consultants, présentant tous une double casquette business & expert marketing digital, et notre technologie, permettant de valoriser les larges volumes de données marketing issues des plateformes.

Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec SCRIBEO